(MISE A JOUR 2017 : c’est marrant la vie hein. Je nuancerais VACHEMENT ce propos aujourd’hui : oui, on s’invente une vie physique sur FB avec des photos lissées et parfaites qui nous rendent finalement tous bien malheureux. Comme quoi vous voyez : je dis souvent des conneries. En tout cas en 2015, j’en ai dit…)

La journée mondiale sans Facebook, c’est aujourd’hui.

journee mondiale sans facebook

Je ne sais pas qui sont les personnes qui respectent sincèrement ces journées (moi je respecte au doigt et à l’œil les journées du beurre de cacahuète, du cupcake et du rien-foutre, mais les autres, je me sens assez peu concernée…)

A cette occasion, je suis tombée sur pas mal d’articles qui traitaient des dangers de “s’inventer une vie sur Facebook” ou d’ “attacher son bonheur au nombre de likes”.

Je crois que cette idée de “vie inventée” est erronée. ER OUER, j’ai encore une théorie.

Je ne pense pas que la moitié de la terre passe son temps à s’inventer une vie, moi. Par contre, je pense que la plupart des gens (un tout petit peu sains et équilibrés) choisissent de ne montrer que leurs bons moments. Est-ce là “idéaliser sa vie”?

wtf

Vous connaissez beaucoup de gens qui gardent des albums photos de l’enterrement de Mamie, du jour où ils ont planté leur diplôme ou de leur divorce, vous?

Bah Facebook, ça me paraît être le même chose. Tu postes les photos de tes vacances, tes réflexions marrantes, tu partages ta chanson préférée, tu donnes ton avis sur un resto. Mais en général, si tu as un tout petit peu de respect de toi-même, tu ne postes pas une photo de toi en train de t’ouvrir les veines, ça fait mauvais genre.

large

Donc non, je ne pense pas qu’on enjolive les vies : on ne partage que le meilleur, certes, mais je ne vois pas en quoi “c’est mentir”.

Au contraire, même, lorsqu’on a droit à un étalage de malheurs divers et variés (et gênants), qui ne regardent personne finalement et qui sont bien loin d’équivaloir à “s’inventer une vie” (ou de merde alors), tout le monde est plutôt mal à l’aise (ou aux aguets).

Personnellement, je suis assez contente de ne voir que le meilleur de chacun : vos plats les meilleurs, une photo de vos fiançailles, toutes vos photos de vacances (que je sache, vous ne me mettez pas un flingue sur la tempe pour m’obliger à les regarder), vos statuts rigolos ou vos bonnes nouvelles. Et je vous sais gré de ne pas me plomber le moral avec des nouvelles déprimantes. Finalement, un réseau social ne sert pas forcément à ça.

Tangled

Pour la seconde inquiétude, celle qui concerne le “bonheur lié au nombre de likes”, j’admets que, peut-être, certaines personnes doivent être un peu touchées par le petit nombre de likes qu’elles reçoivent. Pourtant, le moindre jeune que je vois sur Facebook reçoit des dizaines de likes sur sa photo, donc je me fais moins d’inquiétude pour eux. Les autres sont souvent des adultes et j’ai la naïveté de croire qu’ils ont autre chose à faire que compter leurs likes. Mais peut-être que je me trompe, allez savoir.

tumblr_mcn3nlyR2j1r6m2bho1_400

Quoiqu’il en soit, je pense que Facebook a d’autres points négatifs bien plus graves que l’idéalisation des vies. Les invitations aux jeux, par exemple! Ou, plus sérieusement, les concours débiles demandant aux jeunes de faire des à-fonds à l’alcool.

Donc on ne panique pas et, s’il vous plaît, on continue à partager de la joie et de la gaieté. Merci.

tumblr_m6u7ptpig91qju7zto1_500

PS: si tu es cinglé(e) au point de faire de fausses photos d’un faux bonheur, de faire croire que tu as eu de la visite en remplissant plusieurs verres ou de faire croire que tu connais Machin-Chose alors que pas du tout, un seul conseil : consulte. Vite.

signature