Vous êtes nombreux(ses) à m’écrire pour me demander des conseils pour débuter vos blogs. Je vais donc tenter de répondre à tout ça en un seul article…

Quelle plateforme je conseille?

Je suis sur WordPress.org (celui qu’on installe dans sa propre base). Un peu chaud à utiliser quand on n’y connaît rien. Ma soeur et moi, on avait commencé toutes les deux sur d’autres plateformes séparément : eklablog, blogger etc.

Si je devais conseiller une plateforme, je dirais wordpress.com ou Wix.

Cela dit, c’est vraiment une affaire de goût.

Un truc à savoir c’est que celui qui vous laisse super libre, c’est WordPress.org. Il existe des tas et des tas de Templates tout faits (le mien est pile poil celui que j’ai acheté, je n’y ai pas touché et il s’appelle Writero. Vous pouvez copier, je ne suis pas du genre à abattre les gens parce qu’ils s’achètent le même truc que moi…)

Si vous choisissez de débuter avec WordPress.com, c’est plus difficile de tout rapatrier ensuite sous .org. BONNE CHANCE.

Hébergeur, webmaster, développeur?

Il y a des tas d’hébergeurs en ligne type OVH. C’est très bien mais ça a des limites, par exemple si l’un de vos articles buzze. A l’époque où certains de mes articles ont fait de gros retours (genre Zara, Parlons Poids etc), il arrivait régulièrement que le blog saute à cause du nombre de visites. Hyper frustrant. Plus frustrant? Quand vous ne pouvez pas joindre votre hébergeur parce que c’est plus ou moins un robot…

Qui plus est, un jour, en bloguant, il est sûr et certain que vous coincerez sur un truc. Surtout si votre blog marche. En voulant déplacer une bannière, vous faites sauter toute votre présentation par exemple.

Moi, je ne touche plus à rien sans appeler quelqu’un dont c’est le boulot.

On me demande souvent de qui il s’agit et si c’est cher. C’est mon hébergeur et c’est lui, par exemple, qui a migré tous mes articles d’un blog à l’autre en s’assurant que je ne perde rien. C’est lui qui veille au grain quand un article comme Babylone 2.0 fait énormément de vues.

Cher? Pas plus qu’un bon hébergement chez OVH, donc ma foi, pour avoir contact avec un être humain, ça vaut la peine. Je vous laisse le rejoindre là si ça vous intéresse. Il a créé des offres exprès pour les blogueurs et il sait ce qu’il fait.

Qu’est-ce qui est le plus difficile au début?

Justement, la customisation, le CSS etc. C’est difficile, pointu et, si vous vous y connaissez un peu, vous verrez que je ne tripote pas grand-chose dans le template de base que j’ai choisi. Changer une ligne prend des heures parfois.

Ensuite il est difficile de ne pas s’accrocher au nombre de vues. Les débuts d’un blog traînaillent et c’est bien normal. Espérer plein de vues, c’est illusoire. Mais je me rappelle mon premier blog qui stagnait à 200 vues par jour après plusieurs mois. Ça me navrait. Pourtant avec le temps, j’ai appris à m’en détacher et à écrire pour le plaisir. A tel point que je n’avais pas remarqué le jour où un de mes articles a décollé! Ce qui compte avant tout, c’est l’implication des lecteurs : il vaut mieux dix lecteurs qu’on apprend à connaître que 2000 qui ne vous parlent pas. Suffit de regarder vos engagements : préférez toujours qu’il y ait de la vie que du nombre. Etre suivie par 2000 personnes et avoir 10 likes de votre tante, de votre cousine et de bonnes copines, c’est mauvais signe.

Plus difficile aussi : se démarquer. Dans un monde où la moindre nénette de 20 ans veut devenir blogueuse, on croule un peu sous les posts qui se ressemblent. Trouvez votre originalité, ne faites pas “ce qui se fait ailleurs”. Vous n’inventerez pas la poudre, parce qu’un blog n’est qu’un blog, mais ne faites pas des articles juste pour en faire, avec quasi le même titre que la voisine. Personne ne veut lire le énième article sur LE jogging à porter ou LA sandale tendance si vous n’y apportez même pas un brin d’originalité…

Pourquoi bloguer?

Honnêtement, d’abord pour le plaisir d’écrire. J’aime ça, voilà tout. J’écris des nouvelles pour le plaisir, des statuts rigolos sur fb, bref, j’aime juste l’écrit.

Ensuite, et c’est devenu la raison principale, pour échanger. Je ne suis experte que dans peu de domaines mais je parle de tout. J’aime échanger avec vous sur ce qui me plaît, me déplaît etc et surtout, j’aime avoir VOS avis. J’aime recevoir vos snaps, vos commentaires sur insta, vous lire sur fb. C’est un peu le centre de ma vie depuis quelques années.

Les partenariats, tu les as comment?

Rhalala c’est LA question qui revient le plus. Donc je vais être claire : non, on ne m’a pas proposé de partenariat la première semaine. Ni le premier mois. Ni même rapidement.

Non, je n’ai jamais demandé à une marque de m’envoyer quoique ce soit. J’ai parlé des produits que j’achetais et, avec le temps (et le nombre de followers, avouons-le), les marques sont venues vers moi.

Je continue cependant à parler de tas de choses que j’achète et je critique des produits que l’on m’offre, au risque de perdre des partenaires, parce que c’est ça, bloguer : être honnête.

Non, on n’écrit pas à des agences RP pour demander un tas de trucs parce qu’on est blogueuse depuis six semaines. Ca ne se fait pas. Je peux vous assurer que les RP que je connais détestent ça. Non, on n’impose pas son Jules, sa copine Julie ou sa mère parce que “on a peur d’aller seule quelque part”. Non, on ne s’insurge pas de ne pas être invitée quelque part etc.

Et puis, si on veut être crédible, on ne prend pas tous les partenariats de débutantes. Même si on est super contente de recevoir un premier produit, crier au miracle devant la super nouvelle boisson à la mode que c’est trop bon j’ai perdu 5 kilos, quand on voit que tout le feed est bourré de cette boisson-là reçue par toutes les blogueuses qu’on connait, bah ça vous grille direct, auprès des lecteurs et auprès des marques : ça signifie juste que vous prenez n’importe quoi et que vous en dites du bien juste “pour recevoir des trucs”.

Ça rapporte combien, un blog?

Alors là, mes chéri(e)s, vous allez être déçu(e)s. Si l’on excepte les produits reçus, ça rapporte des clopinettes. A moins d’accepter les articles sponsorisés tout moches (“merci de mettre tel lien à tel endroit contre 50€”), ça ne rapporte rien. Voire ça coûte. Un pont même.

Tout s’achète : le design, l’hébergement, le matériel, la consultation de spécialistes en cas de gros pépin et tout un tas de trucs divers et variés et chers.

De nos jours en plus, si tu veux être vue sur les réseaux sociaux, faut investir un minimum. Donc tout coûte.

Alors oui, on a quelques partenariats rémunérés, mais ils nous permettent juste de rentrer dans ces frais. On ne vit pas et on ne vivra pas de notre blog.

Certains y arrivent mais ce sont des mégas blogueurs et souvent vlogueurs (youtubers).

Si vous souhaitez ouvrir un blog pour ça (ou pour les produits offerts), laissez tomber : vous abandonnerez bien avant d’arriver à un résultat.

Comment avez-vous fait pour avoir vos lecteurs?

Encore une fois, je vais en décevoir : je n’en sais rien. J’avais un blog avant. Gab avait un blog avant. Ils n’avaient que peu de visites. Quelques articles sur celui-ci ont été beaucoup partagés et ça a décollé. Comment? Pourquoi? Je n’en sais rien.

Quand mon article sur tu sais que tu as 40 ans quand cartonne, je peux vous jurer que ça me laisse sans voix. Quand un autre que j’ai mis mille ans à écrire se plante totalement, je n’en sais pas plus. Mauvaise heure pour poster, mauvais jour, allez savoir?

On nous a souvent reproché d’avoir un blog “polysujets”. Or je pense justement que c’est ça qui fait que ça marche un peu : beaucoup de gens y trouvent leur compte.

Qu’est-ce qui fait qu’un blog ne fonctionne pas d’après toi?

Là, j’ai un peu plus de réponses.

Un blog bourré de fautes (si, si, je te jure que ça compte, au moins pour les marques), avec des photos moches (ça aussi, ça demande un sacré apprentissage), un blog qui ne donne pas d’avis détaillé, un blog qui pue l’appel au partenariat, ça ne marche pas.

Quand je dis que nous sommes polysujets et qu’on nous le reproche parfois, je pense malgré tout qu’un blog spécialisé est plus facilement efficace que le nôtre : une MUA qui donne des conseils de maquillage, forcément, on y croit plus. Cependant, je pense que les essais de nanas “normales” comme moi, c’est bien aussi. Donc ça, c’est à vous de voir.

Le blog copié-collé ne marche pas non plus. Si les gens voulaient lire des articles avec le look du jour pompé de pinterest, bah, ils iraient sur pinterest. L’intérêt, c’est de te voir toi dans les fringues si tu te dis blogueuse mode.

Tout ce qui sent le faux se plante. T’essaies de faire croire que le makeup, c’est ta passion alors que de toute évidence, tu veux juste qu’on t’envoie du mascara? Ca plante. Ok, tu as vu des mégablogueuses cartonner dans le domaine. Mais à la base, elles étaient déjà fan de makeup quand toi t’avais une palette DI. Déjà, elles se ruinaient en fards par passion. Leur goût est honnête et ça se voit.

Tu essaies de faire croire que t’es une fan de mode alors que de toute évidence, tu n’y connais rien? Ca plante. C’est normal et logique. Ok, tu as vu Noholita réussir. Sauf que Camille, avant d’être suivie à mort, elle donnait déjà sa vie pour des fringues. Elle avait déjà un look du feu de dieu et deux trains d’avance sur les prochaines tendances. Donc son attrait pour la mode est sincère.

La démarche inverse est vaine : on ne crée pas une communauté sur du vent parce qu’on veut des partenariats.

Garder sa ligne éditoriale, garder un ton unitaire, continuer à écrire même quand ça ne décolle pas. Ca ce sont des preuves de sincérité.

Un blog plein de pubs, ça fait fuir. Un blog dont la présentation est bordélique, ça fait fuir. Un blog où l’information est introuvable, ça fait fuir. Regardez ce qui marche et inspirez-vous puis créez votre univers. Un vrai, qui vous ressemble.

Soyez vous-mêmes et pas les autres, par pitié.

Et donc?

Et donc je pense avoir répondu à la majorité des questions qui reviennent à ce sujet. Si d’aventure j’en ai oublié, n’hésitez pas à faire de grands signes, je corrigerai.

Tu veux garder une trace de cet article? Epingle-le sur Pinterest :