Autant le long combat contre mes fesses semble rester une lutte jusqu’à la fin de mes jours, autant, avec la quarantaine toute proche, j’ai appris à relativiser des tas de choses et je suis contente pour un petit paquet de raisons…

Je ne prononce plus la phrase “oh la gêne”…

Je crois que, avant, je me suis privée d’un milliard de choses qui me tentaient juste par crainte d’être moquée. J’adore mettre la musique à fond mais je la baissais quand il y avait du monde parce que “c’est la gêne”. D’ailleurs je faisais semblant de téléphoner au volant pour pouvoir chanter à tue-tête (va expliquer au flic après que “non mais je faisais semblant de téléphoner parce que chanter, c’est la gêne”). Maintenant, je m’en fous. Vais-je être foudroyée par l’univers si quelqu’un me voit esquisser un pas de danse?

tumblr_m9hkhhi8Lr1rqruky

Ma vie ne dépend plus du bon vouloir d’un homme qui devrait m’aimer…

Nous sommes nombreuses à avoir traversé cette phase. Celle où le seul mot ou l’attitude ou l’absence de mot d’un certain ou d’un autre avait le pouvoir absolu sur mon humeur. J’ai fini par comprendre que mon bonheur dépendait de moi et pas du regard que quelqu’un posait sur moi. C’est plutôt libérateur finalement.

dobby

J’ai des sous.

Je ne roule pas sur l’or, quand même. Mais s’il fut un temps où il n’était pas rare de finir le mois avec le frigo quasi vide et beaucoup de paquets de pâtes, ça n’arrive plus aujourd’hui. Je peux envisager gentiment des achats costauds à la condition de les planifier alors qu’à 25 ans, je pouvais planifier tant que je voulais, mon salaire ne suffisait pas. On a beau dire que l’argent ne fait pas le bonheur, savoir que ta carte passera à la caisse sans te taper douze sueurs froides, ça fait du bien…

racks

Je sais ce qui me va.

Et ce qui ne me va pas. J’ai fini par admettre que, sur moi, le jeans boyfriend, ça fait sac. Que le blond platine, c’est pas mon truc (oui, oui, j’ai essayé, il y a des témoins). J’ai compris que le rouge à lèvres rouge, ça me va super en fait. Je sais que rien ne vaut une petite robe, qu’en talons, je suis plus élancée… Enfin en gros, je ne fais plus d’expériences louches avec mes cheveux, mes fringues ou mon makeup : j’ai appris.

giphy1

J’ai des projets et j’y crois.

A 25 ans, j’étais certaine qu’à 40 ans, on était établi et point barre. Et ça me déprimait. Mais en fait, à bientôt 40 ans, je n’ai jamais eu autant de projets et je n’ai jamais eu le regard plus tourné vers l’avenir. J’ai même des projets pour ma retraite, si ça vous situe.

tumblr_mlvo3oKPUH1rpufceo1_500

J’ai arrêté les tragédies.

Parce que tu t’aperçois que tu te remets de tout, finalement, tu ne fais plus de drames interplanétaires pour un oui pour un non. Je suis d’ailleurs heureuse de ne pas avoir eu facebook à 22 ans : je me serais sans doute donnée en spectacle comme le font plein de jeunes femmes avec des statuts belliqueux ou tragiques. Aujourd’hui, au fond, je prends ce qu’il y a à prendre, sans me poser de question, et si le vent tourne, j’avise : au fond, on finit toujours par rebondir, il suffit d’être patient. Mais on ne me verra jamais plus hurler, pleurer ou piquer des crises de nerfs en amitié ou en amour. Insensibilité? Pas du tout. Maturité dirais-je. C’est super reposant d’avoir rangé l’hystérie de la jeunesse…

tumblr_inline_mgh5tlwtr91rzyl6q

Je suis heureuse.

Plus qu’à 20 ans. Plus qu’à 25 ans. Plus qu’à 30 ans. Justement parce que je ne m’embarrasse plus de tout les points ci-dessus. Parce que je ne rêve plus des rêves impossibles, parce que je rêve des rêves évidents, parce que j’ai choisi mes amis, parce que je sais ce qui me va, parce que j’ai la conviction que rien ne peut mettre un humain à terre s’il ne le veut pas, parce que je sais que, quoiqu’il arrive, demain est toujours un autre jour.

Tangled

Tout ceci pour vous dire que, si vous avez 25 ans et que vous avez l’impression que votre vie s’arrête pour une rupture, pour un job perdu, pour une amitié qui foire, ce n’est qu’une impression. Si vous avez le sentiment que votre vie ne va nulle part, là maintenant tout de suite, vous avez encore tout le temps de voir venir et bien des années devant vous. J’aurais aimé qu’on me le dise, alors je vous le dis…

signature