Hier, j’ai posté un vieil article où je critiquais des tenues pourraves.

Une lectrice m’a alors dit sa déception de me voir faire du body shaming… (j’ai calé un peu sur “déception”… comme si j’avais failli à une promesse ou que sais-je alors que bon, en soi, je passe des heures à vous écrire et à vous divertir, ça me fait un peu mal, une critique comme ça tombant du ciel, m’accusant d’un truc qui va totalement à l’encontre de mes valeurs et sans réponse à mes arguments ensuite… mais soit)

J’aimerais qu’on revienne deux minutes sur la définition de “body shaming”…

Il s’agit donc du fait d’humilier quelqu’un en se moquant ou en critiquant sa morphologie ou sa taille.

Quand je dis donc que ceci :

(Paris Hilton)

est une faute de goût, je ne FAIS PAS du bodyshaming : je donne un AVIS.

Alors certes, le fait de travailler dans le conseil en image ne me donne pas la connaissance absolue et la maîtrise totale du bon goût, mais rappeler les bases, c’est quand même, me semble-t-il, la moindre des choses.

Oui mais ton ton est moqueur…

Oui. Et vous me lisez aussi pour ça. Et c’est aussi pour ça que quand je fais des ateliers, les gens se marrent. Et mes clientes sont tout à fait rôdées à m’entendre dire “ouh laaa cocotte, rentre vite dans la cabine, c’est si court qu’on voit ta culotte”.

JAMAIS je ne me moquerai de quelqu’un pour un bourrelet ou une forme de maigreur. CA, ce serait du bodyshaming.

Après, oui, je dis TRES CLAIREMENT à mes clientes que parfois, pour éviter le bourrelet au-dessus du jeans taille basse, il faut mettre une gaine. (Et soyons claires, je le dis franco et je le dis franco parce que je le fais).

Donc oui, il vous arrivera de me lire en train de dire “on évite la robe noire moulante ras de la touffe en latex qui fait sac poubelle quand on a passé 16 ans et le corps qui va avec”. Pas parce que je me fous de la tronche de qui que ce soit : juste parce que je vous donne un BON conseil. Après, c’est juste un conseil : si vous avez envie de vous promener comme ça, ça ne me gêne pas en soi. J’ai des clientes qui me disent “oui mais j’ai envie” et à qui je réponds “ah bah si t’as envie c’est autre chose et fais-le” (pas pour la robe noire en latex ceci dit et je remercie le karma pour ça).

Je ne changerai pas

Alors voilà, peu importe les raisons pour lesquelles vous me lisez. Je suis qui je suis, je parle comme je parle et je ne me censurerai pas pour le risque que je pourrais éventuellement courir à vexer quelqu’un.

Et ne comptez pas sur moi pour tomber dans le travers de la recherche de la petite bête “ouh la la on va penser que je fais du bodyshaming ou du slutshaming”. Honnêtement, si ça me fait perdre quelques lecteurs, c’est qu’on ne serait pas copines dans la vraie vie et donc ne vous forcez pas à me lire : je vous choquerai encore et vous décevrai encore.

Sur ce, joyeux jeudi quand même et je maintiens qu’on ne porte pas de string dépassant du froc et qu’on ne sort pas en culotte à sequins et uniquement en culotte à sequins 😉