Lundi soir nous étions invitées à l’avant-première du film tant attendu Cinquante Nuances de Grey.

Capture-decran-2014-11-13-a-15

Avant toute chose, il faut que je vous dise que j’ai très moyennement apprécié les romans. Je vous avais d’ailleurs donné mon avis dans cet article. Peut-être est-il utile que vous le lisiez afin de savoir dans quel état d’esprit je suis partie.

Est-il nécessaire de vous présenter le film? Non. Si? Bon.

Donc Anastasia Steele, jeune vierge de 24 ou 25 ans, remplace sa colocataire enrhumée pour l’interview de Christian Grey, multimilliardaire de 27 ans. Il est séduit, il reprend contact, lui propose un contrat sado-masochiste et ils vivent heureux et ont beaucoup d’enfants très riches.

Comment ça “je vais vite”? Oui pardon, il y a des péripéties entre le début et la fin et la plupart des péripéties se déroulent dans une chambre rouge avec des fouets.

Ok, mais le film, il vaut quoi?

C’est simple : si vous avez aimé les livres, vous allez aimer le film. Il suit l’intrigue à la lettre.

tumblr_inline_n9g77mELYU1ribbkq

Si vous n’avez pas aimé, je doute que vous tombiez en pâmoison.

Ce que je n’ai pas aimé.

Le choix des acteurs. Grey est supposé plaire aux trentenaires (les très jeunes femmes ne sont pas encore assez lassées de la libido classique pour envisager de se faire attacher au plafond…^^ – rho ça va je plaisaaaaaaaaaaante-). Or Grey est tout lisse et jeune. L’acteur peut pourtant faire plus que son âge sur certaines photos mais dans le film, il fait jeune jeune. Anastasia, quant à elle, est larmoyante. Aucun autre mot ne convient. Elle larmoie. Même quand elle est heureuse, ses yeux larmoient. Comme dans le roman, elle m’a fait lever les yeux un milliard de fois. Et c’est quoi cette mère d’Ana qui a l’air d’avoir 5 ans de plus qu’elle???

Les jeux de séduction ratés. Pas tous et pas tout le temps. Mais la nana qui mordille ostensiblement un crayon en ayant l’air de “ne pas savoir ce qu’elle fait”, pitié. Elle joue assez mal l’allumeuse, globalement. Les papillonages de mirettes, les “hihihi je suis une zentille fille naïve” sont lassants. Et puis franchement, on frôle le remake de Twilight…

tumblr_nayq82Jksf1t70ckxo1_250

L’histoiiiiiiiire. Pitiééééééééééé. Quelle nana sensée (et vierge) va réellement se pencher sur ce type? Quel accro au SM milliardaire va fondre devant un petit chemisier à fleurs? Mais que de mensonges sur la réalité!!!! Le prince charmant est un bad boy traumatisé. Dans la réalité, les bad boys sont avant tout des bad boys, c’est à dire des mecs pas bien. Et celles qui s’acharnent à en faire des types bien finissent rarement mariées et épanouies. Je crois que c’est le pire fantasme vendu par ce film.

Les scènes de sexe. C’est simple, après ce film, plein de jeunes nanas vont rêver que le SM est joli et charmant. Parce qu’il ne faut pas se mentir : on présente ça comme un truc hyper JOLI alors que, pour ceux qui ont vu le reportage sur la Fistinière (vous ne connaissez pas? Allez googler et riez), le SM est LOIN de ces images de tendresse (plein de baisers d’amoureux, de regards tendres et gnagnagna pendant que la nana est à genoux dans un coin de la pièce… Elle est jolie la soumission dans 50 shades) et de chair de poule photogénique. J’ajoute que les extases de l’actrice font un peu rire. Ou alors je la plains : ça ne doit pas être pratique de mourir de plaisir à la première brise qui passe.

anigif_mobile_8f1d9e0ebd51f60c1ab4dcb95343f4e2-0

Ce que j’ai aimé (bah si, quand même)

La bande originale. Une tuerie. Des reprises super sensuelles de tubes merveilleux. Ce sera LA bande son à dégainer en rendez-vous amoureux.

Les images. C’est très esthétique. Les plans sont beaux, sensuels. Les tons sont également superbes. Un gris bleuté pour la plupart des scènes du film, un rouge intense pour les scènes sexuelles et de très jolis jeux d’ombres plein de douceur.

Je me suis surprise à… oui bon ça va, ne me jetez pas la pierre, je me suis surprise PAR MOMENTS à être captivée. Ça ne durait pas, je me disais des “non mais t’as pas honte” mais j’étais dedans ponctuellement. JE SUIS UNE FEMME FAIBLE.

giphy (2)

Et en conclusion?

Bon. Ce n’est pas un chef d’oeuvre à mes yeux, vous l’avez saisi. Cela dit, c’est distrayant. Si l’on avait fait moins de foin autour de ce roman/film, je dirais presque que c’est un film sympathique. Mais c’est l’écart gigantesque entre le bruit fait autour de ce “phénomène” et ses qualités réelles qui me dérange.

Le film n’est pas mauvais en soi. Il ne vaut tout simplement pas tout ce tintamarre. Sans compter que je ne suis pas convaincue qu’il véhicule une image de la femme, ou de l’homme, ou de la relation amoureuse, très flatteuse.

tumblr_inline_na39trJQ5H1s9w811

Mais bon, vous irez le voir de toute façon, non? (on va même vous offrir des places…)

signature