Bon, (Im)parfait(e)s ne va pas devenir mono-sujet hein. Donc on parlera encore de tas d’autres sujets évidemment!

Alors voilà, parlons SERIE!

Durant ma grosse crève de la semaine passée, j’ai eu du temps à tuer et j’ai donc enfilé les épisodes. J’ai donc tout bien mangé The OA et je viens vous faire mon rapport.

El Pitch

Alors c’est l’histoire d’une nana qui a disparu pendant 7 ans et qui réapparaît comme ça pouf d’un coup. Elle exige qu’on l’appelle O.A. alors qu’avant elle s’appelait Prairie (oui ses parents sont un peu chelous).

Personne ne sait ce qui lui est arrivé mais en tout cas, avant sa disparition, elle était aveugle et là, bah, elle ne l’est plus.

Elle est chelou de chez chelou. (Genre plus que ses parents qui l’avaient appelée Prairie)

Elle réunit alors des gens (tous un peu chelous aussi si vous me suivez) et elle commence à leur raconter son enlèvement et les 7 années qu’elle a passées dans une cave chez un scientifique avec d’autres captifs, sujets d’expérience également.

Pourquoi vous devez le voir…

Hormis un truc un peu dérangeant comprenant des gestes étranges, franchement, c’est une toute bonne série.

Les surprises se succèdent dans une atmosphère très étrange menée par une bande son un peu “spatiale” très particulière. Tous les sens sont éveillés, on sent les odeurs, la chaleur du soleil sur la peau, la sensation de noyade, la solitude, l’absence de toucher… tout est là. Une vraie série des sens.

Même le léger ridicule des “gestes” (que vous comprendrez assez vite) ne m’a pas longtemps dérangée devant la narration captivante…

Si vous aimez les ambiances anglaises (oui, à mon sens, ça sonne anglais bien qu’américain), les récits oniriques pleins d’interprétations possibles, vous serez ravis.

Je n’en dis pas plus afin de ne rien spoiler mais n’hésitez pas à vous lancer : douceur et bouleversements sont au rendez-vous!