Cette semaine, je suis allée deux fois au ciné. Une fois où j’ai versé une larmichette quand Hercule a brisé ses chaînes avec tous ses muscles et une fois où… non mais attendez je vous raconte…

Tracklisting-et-decouverte-de-la-B.O.-de-Si-je-reste_portrait_w532

pitchMia, fille d’une famille de rockers invétérés, est une surdouée du violoncelle. Elle a 17 ans, elle est belle comme un cœur, vit une histoire d’amour torturée avec le chanteur d’un groupe de rock qui cartonne.

Jusqu’à ce que la voiture de sa famille dérape sur la neige.

Ils sont tous emmenés d’urgence à l’hôpital, tous dans un état plus que critique.

Sauf que Mia est là, debout, à côté de son corps plongé dans le coma. Elle apprend vite que si elle se réveille, elle reviendra au monde orpheline…

Elle ne sait comment revenir ni, après tout ce qu’elle apprend, si elle veut revenir.

avis

Construit sur la méthode du flashback permanent, le film m’a d’abord largement fait penser à l’histoire d’amour torturée et parfois un peu gnangnan de Twilight. Voix off introductive, floutage léger, instagramisation maximale, présentation du mâle par voix off de la nana, ralenti, bref, la totale du cliché.

tumblr_n543bfMHPj1txydcmo1_500

On reste donc longtemps dans l’histoire de collège, l’amour de jeunesse (charmant, cela dit) et le parallèle “Je suis une merveilleuse musicienne classique, tu es un rockeur, parviendrons-nous à nous aimer?”

Sauf que… sauf que… il est difficile de rester indifférent au drame auquel il faut assister, indifférent à la peine des visiteurs, des amis, des grands-parents… Le film réveille, en touchant une corde facile, les douleurs de la perte d’un être cher. Ça laisse difficilement totalement indifférent.

tumblr_n46jeodL061qhzro9o1_500

Big up à la scène du grand-père qui, quoiqu’il en soit, m’a fait sortir les mouchoirs…

741488aa319e69bfa8a386d81a05bc79ae089e3848d3cb76c9dd6ca819dc1fa2

C’est, en résumé, un joli petit film, de construction originale (quoique ce type de construction le soit de moins en moins), un peu facile parfois, jouant sur des émotions classiques, mais plaisant.

Et puis surtout, surtout, rien que pour la B.O., le film mérite d’être vu…

Je vous file la bande annonce?

Ah et si vous avez une fille de 17 ans à la maison, ça devrait la brancher vraiment tout plein…

signature