Je pense avoir reçu cette question une centaine de fois en 4 mois d’existence du blog suite à l’article sur le botox… Je finis donc par me pencher sur la question et vous dire la vérité. Une fois pour toutes.

D’abord, autant vous dire qu’il est inutile de vous lancer dans une longue explication sur en quoi/pourquoi j’ai tort. En quoi je suis une pauvre fille superficielle qui n’a rien compris au sens profond de la vie et autres longues considérations hautaines ou perfides. Ne perdez pas votre temps.

Tu m'aimes ou tu ne m'aimes pas. Ca m'a pris 30 ans et des poussières pour apprendre à m'aimer. Je n'ai plus tant de temps pour convaincre quelqu'un d'autre...

Tu m’aimes ou tu ne m’aimes pas.
Ca m’a pris 30 ans et des poussières pour apprendre à m’aimer.
Je n’ai plus tant de temps pour convaincre quelqu’un d’autre…

 

Bah je vais te le dire, donc, puisque ça semble si interpellant.

Je fais du botox parce que je vais avoir quarante ans (dans trois ans) et que je n’ai pas envie, tous les matins au réveil, que des lignes de plus en plus marquées viennent me rappeler que j’en suis à une bonne moitié de ma vie et que le quart de ce qui reste sera sans doute accompagné de douleurs diverses et de maladies handicapantes.

tumblr_mgxg3b1qM91rfe7dzo1_500

Je fais du botox parce que je ne veux pas me rappeler que les 40 premières années n’ont pas été peuplées que de youpi-trala-itou. Je veux me regarder dans le miroir et me dire que j’ai encore le temps de faire que ce soit mieux, qu’il n’est pas trop tard.

Je fais du botox parce que chaque ride me rappelle que ce sera bientôt fini et que l’histoire a été courte et qu’il n’y a pas encore de happy end en vue.

tumblr_md2jlqhpMh1rs19c2o1_500_large

Je ne doute pas une seconde de la beauté des rides chez les personnes âgées. Mais j’ai vu ma grand-mère, cette femme merveilleuse que j’ai toujours connue ridée. Un jour, en regardant un album photo, j’ai vu quand les rides sont apparues : à la mort de son mari. Du jour au lendemain, on peut voir qu’elle a abandonné. Du jour au lendemain, elle les a laissées s’installer parce qu’après tout qu’importe, sa vie était achevée. Elle a aujourd’hui 89 ans, elle les a sur le visage depuis qu’elle a 50 ans. J’ai pas encore envie d’abandonner, moi.

 

Après, tu peux me dire qu’il y a d’autres voies, d’autres solutions étouétou. Je t’entends d’ici. Mais tu sais, les autres soluces, je m’y applique déjà (cfr l’article sur le lâcher-prise). 

Alors le botox, c’est juste la cherry on ze cake qui fait que quand je croise le regard de quelqu’un, je sais qu’il ne lit pas sur mon visage un passé qui est loin derrière et dont j’ai gommé les traces.

74ce3ca09f6d5d3066fa7cebcbd84ed7

J’ai gardé ma cicatrice au menton, parce que elle, je l’aime bien. Elle, elle me rappelle un événement crucial, un tournant. Je la porte comme un tatouage, même si elle défigure une partie de mon visage.

Par contre, je fais du botox parce que rien dans ma vie ne m’a assez comblée pour que je puisse laisser aller, renoncer, accepter la fin. Je laisserai le temps s’installer quand j’estimerai que j’ai fini ma quête.

Je fais du botox parce que ce n’est pas fini.

tumblr_mgo00bMVPS1qe983go1_500

 

Je me fous des avis, je me fous des blablas dans mon dos (“elle fait pas du tout son âge” “ouais mais elle est botoxée hein!”, comme si c’était mal, comme si c’était de la triche ou du mensonge. Ce n’est pas plus un mensonge que le maquillage, ou la mode…)

Je sais juste que, quand je me regarde le matin, je me dis que ça va, j’ai encore un peu de temps avant de tourner la dernière page et que je peux encore créer ma jolie fin à moi.

tumblr_m2q6jrloGN1r32ioro1_500

Voilà. D’autres questions?

N.B. : ah et je tenais à dire que oui, je dis bien fort pour le botox, partout, à tout le monde. Parce que non, je n’ai pas honte. Pas plus que d’utiliser une crème de jour du moins. Et non, j’ai aucune honte non plus à vous dire tout ceci. Parce que les pauvres gens, à mes yeux, sont ceux qui ne partagent pas leurs expériences ou leurs recherches (et je ne parle ici bien entendu pas de botox). Chaque chemin a son intérêt.

 

EDIT DE 2018 : 

Je vais avoir 42 ans. Je me relis et me trouve en pleine défense agressive ici. Et pourtant, si aujourd’hui je formulerais tout cela moins agressivement, je suis toujours d’accord avec mes propos de base. Je suis heureuse que mon visage reflète mon état d’esprit heureux et je ne me leurre pas : le botox m’y aide. Depuis, j’en fais environ tous les deux ans, et je suis toujours très satisfaite.