Alors voilà… Les réseaux et moi, c’est une histoire d’amour. Un coup de coeur de dingue. J’adore les liens qu’ils permettent de créer, j’aime produire du contenu, échanger avec les gens qui le voient et tout et tout. Facebook est né? J’y étais. Instagram? J’y étais! Pinterest, aussi! Twitter, ma foi why not…

Instagram c’était “autre chose”

Instagram c’était un peu l’idée du partage uniquement via l’image. J’aimais bien le truc. Je trouvais ça sympa. Personne n’essayait de poster des photos parfaites et on s’amusait bien.

Tu avais 500 followers et une moyenne de 350 likes sur tes photos. Ca voulait dire que 350 personnes te disaient “oh c’est cool ce que tu montres sur cette photo”, alors tu continuais.

On se parlait sous les photos, pour le plaisir.

Pour les blogueuses, c’était une sorte de petit prolongement des blogs, très secondaire mais qui permettait de montrer autre chose que les articles.

Puis c’est devenu pro

C’est devenu pro avec l’arrivée des marques et des vraies instagrammeuses. Elles sont arrivées avec leurs photos super travaillées. C’était cool aussi. Des gens sont apparus, sans blog ou presque, ou avec des blogs qui ne sont que des extensions d’instagram (inversion du schéma donc). Ces personnes étaient douées en photo, beaucoup moins en écriture.

Alors Instagram, c’était leur évasion à elles. C’était chouette aussi.

Mais bizarrement, quand les marques ont commencé à payer, elles ont accroché à fond aux statistiques d’instagram et les achats de likes et de followers sont apparus. On pouvait devenir un influenceur en 8 minutes et 50 balles et recevoir des tas de cadeaux. L’aubaine.

Alors Instagram a pigé l’idée et, petit à petit, a choisi de montrer de moins en moins les contenus aux abonnés. En moyenne, si tu ne paies pas, à peine 10% de tes abonnés voient ton post, et s’ils ne le likent pas, Instagram ne montrera pas le suivant… (alors que t’as quand même bien 40% de tes abonnés qui regardent ta story, donc a priori, c’est que ça ne les emmerde pas tant que ça…)

Pour voir le contenu d’une personne que l’on suit, c’est simple :

  • il faut liker ses photos tous les jours
  • il faut commenter tous les jours

Sinon il disparait de votre fil d’actualité.

Autre solution? S’abonner aux notifications. Je suis abonnée aux notifications des instagrammeuses que j’aime. Mais, les 3/4 du temps, quand je reçois la notification, je suis occupée et j’oublie. Donc je vais faire un tour sur leur profil une fois au bout d’une lune. Et en général je m’aperçois que je n’ai RIEN vu d’elles.

Du coup, on mouline à vide

Alors y a des gens qui sont très très bons et qui arrivent à maintenir un peu le truc.

Puis il y a les milliers de gens comme moi. Je suis pas douée en photo. Mais j’aime bien. Alors je travaille à fond pour que ce soit un peu joli. Je passe des heures sur ce réseau à essayer de respecter les règles de ce satané algorithme.

Poste à telle heure, réponds dans les 10 minutes maximum, ton post doit avoir x likes en 10 minutes sinon on ne le montre pas, like les autres, sois active, ultra active, mets 30#, mais pas toujours les mêmes, pas de copié-collé, pas de logiciel qui poste à ta place à l’heure qui convient (oui parce que mes followers sont actifs à 21h, et crois-le ou non, à 21h j’ai pas toujours envie de poster), ah oui mais si tu postes à 21h, réponds à tout dans les dix minutes, et blablabla…

Je sais comment ça marche : je suis des cours pour mon job et je donne des formations sur le sujet. En gros, maintenant, tu veux que ton instagram serve à quelque chose? Ben consacre-lui deux heures par jour.

Mais moi, en fait, je suis BLOGUEUSE, bordel. Je suis instagrameuse par la force des choses, parce qu’il y a des gens qui ne me suivent que là, qui me demandent de continuer parce qu’ils ne voient mes articles que dans mes stories et j’en passe. Mais je suis BLOGUEUSE.

Deux heures par jour sur instagram? Pour quelques likes (dont plein de robots appelés par les #!!!!) Mais je préfère les consacrer à écrire, merde!

“Tu devrais t’en foutre”

Oui, je sais, tu ne comprends pas pourquoi ça m’énerve. Ca m’énerve parce qu’en fait, le but de tout ça, c’est de nous pousser à payer pour être vues.

Je paie pour photoshop, je paie pour lightroom, je paie pour mon hébergement, je paie pour au moins dix applications pour les stories, les filtres, les textes, je paie pour les kilomètres que je fais pour aller à des événements pour pouvoir en parler, je paie pour une sponsorisation de ci de là sur Facebook, je paie pour des appareils photos, je paie pour des outils comme Buffer ou Tailwind, et j’en passe… parce que je le veux bien (et que je reçois bien assez de choses pour le décider).

Mais en plus, je devrais payer pour instagram? QUI M’Y AURAIT OBLIGEE EN PLUS?

Alors là non, mec. Nenni, Nein, Niet, No.

Entre les tas de fakes qui s’abonnent parce que j’utilise le #40plusstyle (je vous jure, ce # m’a ramené l’Afrique entière qui a besoin de se marier avec une Européenne), le fait que si je programme une publication, personne ne la voit, et le sommet, le fait que sur 50.000 visiteurs du blog le mois passé, Instagram ne m’a rapporté que 128 visites, j’ai un peu envie de dire que ça ne sert plus à rien.

Si je me casse le cul à essayer de faire quelque chose de joli, qui remonte le moral des gens et que moi, en retour, je suis démotivée parce qu’une machine décide que ma photo ne mérite pas d’être vue, eh bien tant pis.

Quand j’entends les marques me dire “non mais y a plus personne sur Facebook”, j’ai envie de leur dire “ben y a mes lectrices, et au final, c’est un peu les seules personnes à qui j’ai envie de parler”. 

Et pour info, sur les 50.000 visites mensuelles de mon blog, les réseaux sociaux représentent… 27% de mon trafic ces 6 derniers mois…

Plus drôle?

Sur 6 mois, Instagram m’a rapporté, stories comprises, à peine 5000 visites. Contre 21000 pour Pinterest où je ne fais quasi rien.

Alors c’est pas tant que ça ne serve à rien qui me chagrine, c’est le fait de voir des photos toutes seules comme des débiles. Sur Facebook, plein de gens parlent dessous. Sur instagram, elles sont plantées comme des choses inutiles sur un mur à peine regardé. Pas parce que les gens s’en fichent. Simplement parce qu’un ROBOT a décidé de ne pas les montrer.

Ca semble futile tout ça et je devrais me dire que mon blog est largement assez lu comme ça.

Eh bien, vous savez quoi? Voir les statistiques de lecture de mon blog, c’est sympa. Mais c’est totalement déshumanisé. Les réseaux sociaux rendent les chiffres réels. Ils deviennent des gens. Et c’est à des gens que j’écris. Sinon je ne ferais pas les Journées Imparfaites par exemple. Je fais des photos pour des gens. Je cherche des idées pour des gens. Je fais des stories pour des gens. Je regarde ce que j’aime et j’essaie d’offrir quelque chose qui me ressemble et que des gens pourront découvrir. Je parle à des gens.

Et instagram, à un moment, s’est transformé en un lieu sans GENS.

Donc voilà, je réfléchis à arrêter. Ou, par exemple, à arrêter définitivement les # etc pour que seules les personnes ayant réellement envie de VENIR VOIR MON COMPTE le voient. Et croyez bien que je n’aurais jamais pensé dire une chose pareille un jour.