Je lisais le commentaire d’une lectrice qui part en vacances avec deux enfants dont un tout tout petit et qui disait que c’était stressant de se mettre en maillot…

Comme je vous en parlais dans “Accouchement et tout : ce que j’aurais aimé savoir avant”, on vit déjà teeeeellement de bouleversement dans une vie de femme que devoir se préoccuper du poids de l’image, c’est un peu chaud patate.

Parce que je regardais autour de moi encore hier sur la plage : les naïades de 20 ans, c’est vrai qu’elles sont jolies. Leur peau sans un gramme de cellulite, leur bidou tout plat, leurs petits seins bien hauts… Oui, c’est vrai, elles sont jolies. Enfin sur la plage, je pense en avoir dénombré 4 à tout péter, mais elles sont jolies en ce sens qu’elles correspondent aux normes imposées dans les magasines.

Alors on les identifie comme jolies parce qu’on nous a appris que c’était ça, le “joli”.

Je sais, je me répète, mais je m’en fous : n’oubliez JAMAIS que si dans les magazines, les pubs, les films, on vous montrait partout que le corps idéal était bourré de cellulite, on finirait toutes et tous par penser que le corps idéal, il est plein de cellulite.

Sauf que non, le corps idéal, ces vingt dernières années (parce qu’avant, c’était un autre), c’est celui-là :

Alors forcément, toi, sur la plage avec ton bidon plus tout à fait plat, t’es mal…

T’es mal sauf que tu ressembles à la moyenne de la population. Voire t’es mieux. Sauf que le monde tourne autour des 4 naïades de 20 ans alors que bon, si tu ouvres un peu les yeux, tu dois bien admettre qu’à 20 ans, il y a déjà pas mal de jeunes femmes qui ne ressemblent déjà plus au modèle ci-dessus. Parce que ce modèle-là, c’est un pourcentage infime de la population féminine. Même si les magazines te le montrent partout comme si ce modèle-là était LA NORME, la norme, c’est pas du tout ça. Ouvre les yeux sur la plage et réalise que la norme, bah y en a pas.

Il y a vingt ans, le modèle pesait en moyenne 8% de moins que la femme “moyenne”.
Aujourd’hui, le modèle pèse 23% de moins…

Ton corps de maman n’a plus 15 ans…

Et c’est super!

Ton corps de maman a réussi l’incroyable miracle de fabriquer un être vivant et tous les magazines du monde pourront bien s’unir à détruire la magie de ce miracle, si toi, tu gardes en tête que tu es la magicienne capable de faire ça, tu les emmerderas jusqu’au bout.

Alors oui, certaines mères ont toujours le ventre plat. Bah tant mieux.

D’autres choisissent aussi d’arborer leur ventre mou comme un trophée parce que merde! les soldats étaient fiers de leurs cicatrices : soyons fières de ce que notre corps a fait!

Des tas de mères ont commencé à montrer leurs corps dans divers projets photographiques (cliquez sur la photo ci-dessus pour trouver la source).

Et ça, c’est une avancée.

Aimer son corps, un apprentissage difficile

Parce que dans un monde où on te montre des fitgirls à t’en faire bouffer par tous les trous, c’est difficile d’affronter son corps réel.

Il existe encore peu de mouvements en Europe qui militent réellement pour l’acceptation du corps féminin dans son état NATUREL.

Mais s’il y a UNE raison d’affronter ce sujet, de militer, de ne plus s’imposer des régimes insensés à coups de shakes, de cafés magiques, de pommes 10 fois par jour, pour ressembler à un modèle qui n’est même pas le vôtre, c’est bien vos filles!

Si nous n’aimons pas suffisamment nos corps pour les montrer à la plage, comment espérer que nos enfants les aiment. Que nos fils aiment les corps de leurs femmes plus tard? Que nos filles acceptent de ne pas correspondre à la norme?

Oui mais le surpoids…

Ah là, ne te trompe pas de sujet Simone. Je te parle de ne pas correspondre à une norme 23% plus mince que la moyenne. Je ne parle pas de militer pour l’acceptation de l’obésité morbide, bien qu’elle ne doive pas être montrée du doigt. Cependant, pleiiiiiin de femmes rondes sont EN PLEINE FORME. Crois-le ou non Mauricette : il y a des femmes dont la génétique leur permet d’être ronde, de faire du sport, d’être souple, ferme et de péter la forme. Cependant, ce n’est pas le sujet de cet article. SORRYYYY

Oui mais la maigreur…

Ouh la la la… Oui, il y a des femmes très fines, qui regrettent d’ailleurs cet état les 3/4 du temps parce qu’on leur demande à tout bout de champs si elles sont anorexiques. Mais ce n’est pas le sujet de cet article non plus. On y reviendra.

Le sujet c’est le corps de maman qui débarque sur la plage en bikini

Et qui est une héroïne. Aux yeux de ses enfants déjà. Mais qui devrait l’être aux yeux de son mari et même de la société.

“Quelqu’un m’a demandé ce que je pensais des régimes (Diet en anglais).
Je ne pense pas qu’on devrais faire confiance à un mot de 4 lettres dont les 3 premières signifient “mourir”.
Si ce n’est pas un signe, je ne sais pas ce que c’est”
Taryn Brumfitt

Le mouvement “ihaveembraced”, initié par Taryn Brumfitt, une ancienne bodybuildeuse, vise à apprendre aux femmes à aimer leur corps dans la joie et la bienveillance.

Je vous propose à vous, les mamans sur les plages, les jeunes femmes sans enfant qui ne cadrez pas avec la fausse “norme”, de penser à ça cet aprem quand vous tomberez le short : votre corps est votre allié pour (je vous le souhaite) une petite centaine d’années. Il finira de toute façon décrépi. La seule chose qui comptera sera le soin que vous lui aurez apporté (et sans doute que ce soin concerne plus l’alimentation et le sport bien-être que les régimes draconiens quand on y songe). La hauteur de vos seins, la quantité de cellulite, la largeur de votre bassin : tout le monde s’en foutra. Seule la vie que vous aurez menée comptera. Ce que vous avez laissé derrière, l’exemple.

Que voulez-vous qu’on retienne?

Ma mère (tante, soeur, grand-mère) se cachait sur la plage pour ne pas qu’on voit son corps qu’elle détestait?

OU

Ma mère (tante, soeur, grand-mère) respirait la joie de vivre, aimait partager des bonnes choses achetées sur le marché, prendre des verres entre amis sur les terrasses et faire la fête entourée de plein de gens. 

La question mérite d’être posée…

Sur ce, mon petit bidon de maman et moi on vous laisse : on va à la plage!