J’étais prof, si vous avez suivi. Et quand tu es prof, tu entends des conversations complètement privées pendant les pauses. Tu ne dois pas intervenir, en soi, ça ne te regarde pas. Mais tu n’en penses pas moins.

Le prof est le témoin privilégié de tout ce que vos ados vous cachent. Et pendant 18 ans, je me suis religieusement tue en me mordant la langue devant le paquet de conneries entendues, les sources qu’ils utilisent pour s’informer et les mensonges auxquels ils croient.

Puis, à force d’en parler avec mes copines, je réalise aussi les mensonges auxquels NOUS, on croyait fermement quand on était gamines. Toutes ces pressions inutiles qu’on se mettait toutes dans le domaine. Alors que quelques petites explications claires et limpides, ça aurait pas mal aidé. Sauf que, bien entendu, on n’avait personne à qui parler…

Alors après réflexion, je me suis dit pourquoi pas…

Si j’étais toujours prof, je pense que je n’oserais pas rédiger ceci. Ca aurait fait scandale. Mais quelle étroitesse d’esprit quand on y pense. Enfin soit… J’ai voulu compiler ici tout ce que j’ai toujours eu envie de dire à ces jeunes filles, à la jeune fille que j’étais et aux jeunes filles en devenir que je croise.

Lola me parle beaucoup et me pose ses questions de façon très cash parce qu’on a toujours eu cet échange sans complexe. Puis elle m’explique aussi tout ce qui se dit dans les débuts du secondaires et bon sang, la désinformation sur les réseaux est encore bien plus poussée qu’avant puisqu’ils ont accès à des tas de conneries sur le web.

Donc c’est parti, on se lance.

De la question du plaisir…

Pour moi, une des plus importantes… Quand tu es ado, la terre entière en parle comme du Graal. Et puis, en général, faut se l’avouer, les débuts sont plus ou moins nuls. Même pleins d’amour, c’est quand même pas le grand frisson et, du coup, tu ne te crois pas normale. Parce que les films te montrent des trucs carrément waou et toi, bah, tu ne te connais pas bien et tu ne piges même pas comment ça marche.

Les filles, croyez-moi : vous ne pourrez pas trouver à deux un truc que vous ne savez pas trouver toute seule… Pour que ce soit chouette, faut se connaître et ça prend du temps.

Je me rappelle une copine quand on avait la vingtaine qui nous disait qu’elle adorait faire l’amour avec son chéri. Et un jour, on a organisé une soirée Sex Toys (oui, on reviendra sur le sujet). Elle en a acheté un et, à 25 ans, la nana a eu une révélation. Bingo! Donc jusque là, elle aimait un moment partagé à deux mais le plaisir, elle ne connaissait pas. Et c’est pas grave hein! Le moment à deux est déjà une jolie chose en soi… Mais quand on te bassine avec des images torrides, la différence est un peu interpellante évidemment.

Donc les cocottes : pas ne panique si ce n’est pas le nirvana. Vous n’êtes pas FRIGIDES (oh le mot qui fait peur), vous n’êtes pas anormales. La plupart de vos copines qui racontent que c’est “trop bien trop super” cherchent aussi à s’en convaincre. Avec le temps, ça viendra!

De mon expérience en grandes discussions entre filles, avant 25 ans, c’est moyen pour un peu tout le monde et surtout…

Ne croyez pas que les garçons savent!

Grand secret révélé : les garçons ne savent pas, pour la plupart, comment fonctionne une fille. Ils ont vu des trucs à la télé, sur youporn et compagnie, ils se foutent une pression de dingue et… ils tâtonnent. On leur a montré qu’ils devaient jouer les bourrins marteaux-piqueurs et ils font ce qu’on leur a montré. Comme on leur a plus ou moins appris qu’ils doivent savoir, ils font comme si… parfois pendant des années.

Et c’est LA que vous avez un rôle : vous pouvez leur dire ce que vous aimez et ce qui marche avec vous. C’est un échange qui va plus loin que des fluides, on a le droit d’en parler!

Allez, je vous file le MEILLEUR ARTICLE que j’ai lu sur le sujet… Je trouve qu’il devrait figurer dans la liste des trucs à savoir… Je vous préviens, c’est un peu cru. Mais après tout, ce n’est que de la bio.

Les pratiques et les grandes questions de l’univers…

Alors si tu as, admettons, 15-16 ans, tu te poses pleiiiiiin de questions sur les pratiques. Cunnilingus, fellation, relation anale, échangisme, tout te pose question. Déjà, c’est normal.

Tout ce que tu as à savoir sur le sujet, c’est qu’en fait, tu découvriras tôt ou tard ce que tu aimes, toi. Rien n’est obligatoire, rien n’est nécessaire. Tout est possible et rien n’est interdit, pour peu que ça branche les deux personnes. C’est là tout le mystère du sexe : ce que vous aimerez ne sera pas forcément ce que l’autre aimera et c’est pas grave tant qu’on en parle. On apprend à se connaître soi tout seul, puis on apprend à se connaître à deux et on échange…

Tout est autorisé quand on est d’accord à deux. Ou à plus si c’est votre choix.

Les films pornos, c’est de la foutaise

Plein de garçons, et je vous jure que c’est vrai, sont super mal à force de regarder ces daubes. Evidemment, les acteurs sont choisis sur LA TAILLE. Alors ils flippent. Un peu comme les mannequins qui ne représentent qu’un faible pourcentage de la population, les types dotés de ce genre d’engins sont une minorité. Mais ils flippent comme nous avec la taille 34.

Donc non, la taille n’est pas importante. Comme ça c’est dit.

Le marteau-piqueur non plus n’est pas représentatif de la relation idéale. Encore une fois, les films sont axés “performance” et c’est n’importe quoi.

Non, tu n’es pas obligée d’avoir des seins énormes pour plaire. Tu n’es pas obligée d’être épilée façon porno. Tu n’es pas obligée d’aimer  ce que tu y vois et tu n’es pas obligée d’avoir ces références-là. En gros, tu fais ce que tu veux, TOI.

L’accessibilité à ces films s’est fortement simplifiée avec le net et c’est la représentation la plus commune du sexe qui traîne dans les petites jeunes têtes. Et c’est vraiment dommage.

Et les sextoys?

Ben moi, je pense que c’est une bonne chose. Tout bêtement pour se connaître encore une fois. Oh, je te vois pouffer et rougir et ce n’est pas bien grave! Regarde le cas de ma pote, si elle n’avait pas essayé, elle serait passée à côté d’une découverte d’elle-même…

On est souvent très gêné quand on parle des sujets sexuels et c’est bien la preuve que c’est encore très tabou – alors qu’on vous vend le sexe partout partout partout.

Si on commençait à entrevoir ça comme un sujet NORMAL faisant partie de la vie, si on en parlait avec franchise et sans essayer d’en faire une sorte de concours un peu stupide, ça simplifierait la vie de pas mal de gens…

L’âge en question…

Ah oui ça aussi… J’ai entendu des filles se faire traiter de “putes” parce qu’elles avaient une vie sexuelle jeunes. Sors-toi tout de suite ça de la tête. Un garçon qui couche n’est pas un héros. Une fille qui couche n’est pas une salope. Les gens suivent leurs envies et ils en ont le droit.

Comme, à l’opposé, il n’y a pas d’âge pour commencer. Non, si tu es vierge à 18 ans, tu n’es pas anormal(e). Ou à 25. C’est un truc qu’on vit quand on le sent. C’est personnel et tout le monde a le droit de le vivre quand il se sent prêt.

En résumé,

Le grand secret, c’est l’apprentissage et l’information. Le partage, la discussion, les essais. Rien n’est interdit. Rien n’est obligatoire et il existe quelque part quelqu’un qui te correspondra un jour.

Il y a des gens qui couchent avec plein d’autres gens, d’autres qui vivent toute leur vie avec un seul partenaire. Il y a des homosexuels, des bisexuels et des hétérosexuels et c’est très bien comme ça. Rien n’est bizarre : c’est simplement une différence de choix ou d’orientation et ça ne demande pas de jugement. Que tu aimes un garçon ou une fille, que tu sois attiré par un garçon ou une fille, peu importe. La réciprocité arrivera un jour et mieux que ça : tu as le droit de passer par une phase sans pour autant qu’elle te définisse pour toujours.

N’écoute pas les copines et les copains, ils racontent ce qu’ils pensent devoir raconter.

Dis-toi qu’avec le temps, ça deviendra moins gênant, moins effrayant et plus simple.