Dans la série “ma soeur doit savoir”, il y a évidemment Kubrick…

B445

Le pitch…

On commence par la préparation des Marines. Autant dire que personne n’oubliera jamais le Sergent Hartman, un taré persuadé qu’on n’apprend que par la manière dure, agressive et humiliante.

oie_fullmetaljacket2
C’est définitivement la partie du film qui m’a marquée pour toujours. Grosse Baleine et son éducation militaire… Que du lourd…

24-Full-Metal-Jacket-2

Et ensuite, c’est la partie Guerre du Vietnam. Forcément dure elle aussi.

Guignol, un des personnages principaux de la première partie, est envoyé en tant que militaire journaliste dans une des pires zones de guerre. Ce type qui se promène avec un badge Peace and Love (et avec Born to Kill sur son casque) se retrouve alors confronté à la violence brute, à la cruauté de la guerre et à toutes les mutations morales qu’elle entraîne chez ses amis, mais en lui-même aussi.

giphy

Avis, en gros.

On n’est pas DU TOUT dans un film cool et détendu du string. Il faut se préparer au pire de l’atrocité humaine.

On est clairement dans une critique antimilitariste, peu liée, au fond, à la vérité historique puisque le but est d’illustrer un propos : les dérives universelles des conflits, quels qu’ils soient.

Ce qui choque, ce n’est même pas tant les balles qui tuent. C’est en fait la destruction de l’individu. Et c’est en ça que Kubrick est un génie.

Bonus : la BO qui est exceptionnelle et qui, parfois, est totalement en désaccord avec l’image, ce qui met une claque de plus.

Allez, le trailer :

Tu ne l’as pas vu? Ben tu devrais.

signature