Ainsi donc, les articles polémiques de 2G1M nous ont fait croiser toutes les théories les plus fumeuses, idées reçues, a priori divers et variés.

Parmi la foule de remarques, l’une d’entre elles m’a fait réfléchir et puisque cogito ergo sum, je vous étale ici mes réflexions.

tumblr_mvrwizakHE1rosdp8o1_500

Un monsieur venait donc me dire que je n’avais pas à donner mon avis parce que “je n’étais pas journaliste” et que “les blogueuses sont dangereuses parce qu’elles sont écoutées par le public qui ne fait plus confiance aux autres médias, mais qu’elles n’ont pas les compétences nécessaires ni l’impartialité du journaliste”.

Untitled

L’idée que tenir un blog impose des responsabilités, j’adhère. Je veux dire que j’ai vu Spiderman et je sais qu’“Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités” tout ça tout ça. Cela dit, le pouvoir du blog, sans vouloir m’offenser, est très relatif et c’est pas demain la veille que je sauverai le monde avec du fil qui me sortirait des poignets. Mais soit.

Ce gif aussi me fout les jetons. Suis-je partiale? Sans doute.

Ce gif aussi me fout les jetons. Suis-je partiale? Sans doute.

La responsabilité d’exprimer mon avis de façon aussi impartiale que possible, même lorsque le produit me vient d’un partenaire, me tient à cœur. Il est vrai que certaines blogueuses manquent de partialité – comme certains journalistes, au fond. Soit. On s’en rend vite compte quand tous leurs articles sont extatiques et sans bémol. Cependant, la plupart des blogueuses travaillent avec cœur, par passion et, étant justement des passionnées, je les estime sans aucun doute bien plus aptes à me donner un avis qu’un journaliste à moitié intéressé par son sujet et contraint de rédiger un billet sur un produit qui ne l’intéresse pas une seconde.

tumblr_mvfz8grc5w1snlaavo1_500

Savoir si, oui ou non, j’ai des compétences en marketing ou en mode pour exprimer mon “j’aime, j’aime pas” a peu d’importance. Oui, j’ai le droit de dire que je n’aime pas la pub Zara. Mon avis est-il impartial? Pas plus que celui de n’importe quelle nana croisée dans la rue. Tout simplement parce que, et il ne faudrait pas le perdre de vue, l’avis, par définition, est subjectif.

tumblr_mwl0lfYAtK1rimkuro1_250

Parler de “danger” lorsque l’on évoque les blogueuses revient à dire que le journaliste est toujours impartial tandis que la blogueuse est forcément subjective. Or, il faut préciser que la blogueuse n’est pas payée. Elle a donc le droit  de dire ce qu’elle veut comme elle le veut et en ça, elle est mille fois plus libre que n’importe quel journaliste. Si elle manque de partialité, qu’importe au fond? Elle ne sera pas suivie très longtemps ou sera de toute façon contrebalancée par les avis des deux cents autre blogueuses impartiales.

UntitledLe principe même du blogging, c’est justement l’avis de la copine. Si ta copine passe sa vie à se vernir les ongles, forcément, tu lui feras plus confiance qu’à la pub Machin ou le journaliste Bidule qui, la plupart du temps, te vendent un produit ou travaillent dans un créneau de cassage systématique ou de portée aux nues…

Lorsque Gabrielle parle de peaux atopiques, je peux te dire qu’elle sait, mieux que n’importe quel journaliste lambda, de quoi elle parle. Parce que c’est son quotidien et qu’elle passe par la case dermatos depuis mille ans, ceci sans compter qu’elle ne manque jamais de recommander le passage chez le spécialiste. Qui plus est, la lectrice SAIT (oui, cesse de prendre la lectrice pour une cruche écervelée, merci) que Gab expose son avis, sa réaction au produit, sans pour autant dire qu’il fonctionnera ou pas sur ses compagnes de souffrance.

La blogueuse à peau mixte, ou le journaliste, qui te parleraient de peaux atopiques seraient moins crédibles, même s’ils ont interrogé une dizaine de personnes concernées.

Lorsque j’évoque la tenue ou la pose d’un vernis, sachant que je change de vernis en fonction de ma tenue tous les soirs depuis une quinzaine d’années, j’imagine avoir un minimum de connaissances requises. D’autant que, blogant avec sérieux, j’étoffe mes connaissances en étudiant les ingrédients et leur portée. Suis-je en train de dire que je m’érige en chimiste? Non. Pas plus que le journaliste.

Que tout ça l’emmerde, lui, le journaliste, je le conçois. Mais le bon journaliste ne souffrira jamais de l’existence des blogs parce qu’il ne travaille pas réellement dans le même créneau, fut-il proche. Le journaliste et la blogueuse sont complémentaires puisque, en général, le quidam lit l’avis journalistique et le complète par celui de ses blogueuses préférées.

Donc, Machin-très-inquiet-du-rôle-des-bloggueuses-sur-le-monde,

  • On se détend, mon Bichon, on pète un coup.
  • On se rappelle que les blogs ont leur rôle, au même titre que le bouche à oreille.
  • On les remet quand même à leur place bien secondaire. Un blog ne fera jamais concurrence à Vogue, mais merci d’y avoir cru.
  • On se fait à l’idée que les blogs sont in da place quand même et faudra bien que tu vives avec cette atroce et dangereuse menace pour la société.

giphy

signature