J’ai été invitée par Universal pour rencontrer Pascal Obispo et écouter son tout nouvel album qui sort le 12 octobre…

J’avais envie de revenir vers vous pour vous en parler juste avant sa sortie qui ne va plus tarder.

Un album différent…

Ca fait longtemps que je n’ai plus vraiment écouté les albums d’Obispo. Il a bercé mon adolescence puis, hormis ses tubes incontournables, je n’ai pas suivi la suite.

Je me suis donc retrouvée dans cette maison à écouter en silence tous les titres de ce nouvel album éponyme, avec cette voix qui ressurgissait un peu de mon passé…

J’ai trouvé l’album terriblement mélancolique, terriblement représentatif de notre génération de quadras et plus.

Des constats sur le temps qui passe, d’où l’on vient et ce qu’on a appris.

La chanson “D’accord”, duo avec Isabelle Adjani, est ma préférée. Elle se termine avec la voix de Youssou N’ Dour complètement bouleversante. Une observation de notre âge qui se conclut dans une montée merveilleuse.

Des duos puissants

Au-delà d’Isabelle Adjani, on retrouve Benjamin Biolay, avec sa voix si sombre, Christophe, Philippe Pascal du Marquis de Sade et Calogero avec qui il partage le second titre qui m’a vraiment plu : Forthlin Road qui évoque les jeunes années de Paul McCartney et John Lennon, que j’ai appris à aimer au travers de mon meilleur ami qui me les fait écouter depuis plus de vingt ans.

J’ai une admiration certaine pour ce duo et ici, Obispo compare leurs parcours respectifs. Il n’en reste pas moins que j’entends parler de la jeunesse anglaises de ces deux monstres de la musique et ça ne peut que m’émouvoir puisqu’on en connaît la fin…

Et des hommages…

Obispo est coutumier des hommages et il continue sur sa lancée avec des hommages cette fois à Amy Winehouse, évidemment d’une grande tristesse. Il dit comprendre la douleur de la célébrité surtout sur une personne fragile et se rappelle les époques où il aurait pu se perdre. Un hommage également à Souchon et Voulzy, tellement VRAI que j’en étais émue. Il dit en gros qu’on a tous des souvenirs sur les chansons de Souchon et Voulzy… et quand on y réfléchit deux secondes, on repense forcément à une chanson qui nous a marqué…

Des histoires frissonnantes

Avec “On n’est pas seul sur la Terre”, il raconte comment il s’est arrêté derrière un accident dont le responsable avait pris la fuite et comment il a porté dans ses bras un motard tragiquement blessé dont le bras avait été arraché par le crash. On ne comprend cette donnée que un instant de la chanson qui fait froid dans le dos.

Il dit qu’il n’est pas un auteur et qu’il ne peut donc écrire que sur ce qu’il a vécu… Et ici, ça se ressent tout particulièrement.

L’album de la maturité…

Expression bateau de chez bateau mais c’est vraiment ce que j’ai ressenti à l’écoute. Et quelque part, ça correspondait aussi à mon état d’esprit. On est enfin des grandes personnes. Ca y est.

Enfin presque…

 

Le nouvel album sort donc le 12 octobre…

N’hésitez pas à suivre sa page Facebook pour tout savoir et vous pouvez écouter les deux premiers singles Chante la rue chante et Rien ne dure.

Encore merci à Universal pour cette invitation. C’était un chouette moment!