Voilà un moment que je ne vous ai pas parlé de bouquin et je reviens avec LE thriller fantastique de mon année 2015, L’Anneau de Moebius.

Je ne connaissais pas Thilliez et c’est vraiment une chouette découverte de mon été.

Couv2

 

En matière de Thriller et tout particulièrement en matière de thriller fantastique, je suis vraiment difficile. Je suis donc entrée dans celui-ci dubitative avec l’état d’esprit “vas-y mec, essaie de m’impressionner”.

Du coup, les premières pages ne m’ont pas prise d’assaut. Je me disais des Mouais, ouais ok pas mal mais rien de plus : les meurtriers en série, les psychopathes de la torture, ça ne m’impressionne plus qu’à moitié même si l’enquête de Vic, le policier de l’histoire, est vraiment poussée dans le trash. Ici, un assassin qui torture des victimes jusqu’à mesurer leur taux de douleur sur fond d’handicap, de malformations congénitales et autres joies de la procréation.

Et puis Stéphane, l’autre héros, a attiré mon attention avec ses rêves prémonitoires où, innocent plasticien, il se voit les mains couvertes de sang, assassin probable d’une petite fille.

Puis tout prend sens petit à petit. On comprend l’horreur affolante de ce qui se déroule sous nos yeux impuissants. On suit les deux héros aux destins liés, on s’attache, on veut leur venir en aide. On a du mal à arrêter de lire, on y pense en mangeant, on se demande s’il n’y a pas d’autre solution, on se dit que c’est évitable, qu’ils vont trouver, c’est obligé.

A 10 pages de la fin, je n’avais aucune idée de l’issue. J’étais pleine d’espoir pour un happy ending, certaine pourtant que j’allais lire une chute tragique. Je ne vous dirai bien entendu pas de quoi il retourne et je suis restée assez vague volontairement mais faites-moi plaisir et précipitez-vous sur ce roman. Dites-moi ensuite ce que vous auriez fait, vous, à leur place. Parce que ça fait quelques heures que je me triture la cervelle.

Bref, il y a longtemps que je n’ai pas été prise par les tripes comme ça pour un roman de ce type. J’entame d’ailleurs déjà un autre Thilliez. Parce que pour tout vous dire, il m’a vraiment fait triper. Sans mauvais jeu de mots!

signature