Je suis abonnée aux merdes littéraires là, ça y est, c’est sûr. (Heureusement que je viens de me procurer le dernier Stephen King dont je vous parlerai une autre fois quand j’aurai retrouvé le sommeil)

Je ne vous cache pas que je savais que je n’allais pas lire de la grande littérature, hein. Guillaume Musso, Marc Lévy, même combat : on te vend du roman de gare à deux francs en te faisant croire que tu es un intellectuel qui lit du roman de qualité. Alors qu’objectivement, certains romans-photos des années 80 étaient bien meilleurs.

Mais résumons celui-ci (promis, je ne spoile pas):

la-fille-de-papier-110743

Tom (je viens de mettre 48 secondes à me rappeler le prénom du héros alors que j’ai fini ce bouquin hier soir, ça vous situe l’implication…) est l’auteur à succès d’une trilogie qui parle d’anges (boudubouduboudu mais cétipa un petit clin d’oeil à Werber ça???). Il n’a pas encore rédigé le tome 3 car il traverse une TERRIBLE dépression post-rupture.

C’est là que débarque dans sa vie Billie, une de ses héroïnes “tombée d’un roman par erreur”. Elle a besoin qu’il termine ses romans sinon elle va passer l’arme à gauche.

Voilà voilà voilà…

S’ensuit une histoire abracadabrante que je conseillerai avec plaisir à ma fille quand elle aura une douzaine d’années. Si je la vois bouquiner une telle daube à quinze ans passés, j’estimerai avoir raté ma mission. A moins qu’elle ne tienne un blog et ne s’inflige ce genre de torture pour le plaisir d’en rédiger un article.

Pourquoi c’est mauvais?

C’est mauvais parce que c’est cliché avec une force inouïe. Les personnages sont clichés, les rebondissements sont clichés, les décors sont clichés (on a besoin de romantisme? Bah, déposons les héros à Paris tiens…), les dialogues sont clichés, et la fin… bon sang, la fin touche le fond du fond du cliché au point que tu te dis “non, il va pas oser…” et si, il ose. Rien n’est fouillé, rien n’est original.

C’est lu en deux temps, trois mouvements et 265 levers d’yeux au ciel.

tumblr_inline_mtqd17e2dd1rv52gz

Voilà. Merci Guillaume.

(N.B. : cela dit, mieux vaut lire ça que rien du tout… Ne pas lire, c’est mal)

signature