Quand on dit que c’est dommage qu’on n’ait pas une B.O. pour marquer les évènements de notre vie, c’est faux. On a tous une B.O.
Je vous raconte la mienne, des chansons honteuses aux autres…

Mes premiers souvenirs musicaux?

Etrangement, c’est Kate Bush! J’étais toute petite et j’adorais ça :

Puis mon super disque de Lio…

Ensuite, je grandis un peu et voici Kimera. Mais si, les vieux, rappelez-vous : une Asiatique maquillée comme un masque de Venise qui faisait du pseudo opéra. Oh comme je me rappelle trop danser face à Olivier (qui ne se rappelle sans doute même pas de moi) et son appareil dentaire en hurlant de baragouinantes paroles… J’avais 8 ans…

Ce même Olivier vers lequel ma pensée dérive parfois qu’en j’entends Celebration : on dansait bien des années plus tard sur la scène du Med (la pseudo boite où on sortait), moi en t-shirt mouillé (j’ai eu une époque dépravée), lui en chemise ouverte rayée noire et blanche (t’imagines les détails de ouf…)

A ma grand-mère restent associées aussi pour toujours Les Amants d’un jour (la chanson la plus déprimante du monde) et Mon Dieu (autre chanson qui me fend le coeur sachant que ma grand-mère l’a chantée et rechantée pendant que son amoureux partait tout doucement…)

A peu près tout le répertoire de Michel Sardou. Ouep. Je peux vous chanter Le France (faux) jusqu’au Rire du Sergent les doigts dans le nez, merci Mamame…

Ma mère m’a ensuite traumatisée avec Cadeau de Marie Laforêt qui, selon moi, est LA chanson la plus culpabilisante au monde pour n’importe quel gosse… (non, non sérieusement, je ne vois pas en quoi cette chanson peut avoir quoique ce soit de mignon. Cette mère est juste une méchante bonne femme qui tient des comptes. Méchante, méchante, méchante!)

http://www.youtube.com/watch?v=sY0hTcpwQ20

Ensuite, parlons quand même de Pump up the Jam (pump it up). A l’époque, on m’avait dit que ça signifiait “Pompe la confiture”. Aujourd’hui, j’ai comme un doute un peu honteux. Mais ma grand-mère, pas bilingue pour un balle, me laissait la beugler en rythme avec ma copine Caro. J’avais 12 ans.

Vient ensuite Good Vibrations qui me rappelle à tout jamais mon concert des New Kids on The Block (rho ça va hein, tout le monde a ses zones d’ombres) précédé de Marky Mark and the Funky Bunch. Je ne parlais pas anglais. J’ai chanté “Goodbye Bretzels” tout le long de la chanson. Écoutez bien : c’est quand même ressemblant, hein Sandrine?

http://www.youtube.com/watch?v=-eSN8Cwit_s

Deux ans plus tard, Sylvain, mon grand amour d’au moins dix jours (à 14 ans, ça compte), me fait remarquer le petit break de basse de It ain’t over till it’s over. Ce type, qui doit avoir oublié mon existence lui aussi, (sinon, kikoo Sylvain), ignore qu’à CHAQUE FOIS que j’entends ce mini break de 2 secondes (à 2:27), j’ai une pensée émue pour lui. Je peux même vous dire qu’il m’a fait remarquer ça sur une des marches du Med’, la pseudo boite où on sortait again. C’est pas beau la mémoire? On était en 1992…

16 ans, je verrai toute ma vie mon vrai premier big love (celui pour lequel tu pleures toutes les larmes de ton corps parce qu’il a osé regarder Mélissa), D’Jy (oui, on se donnait aussi des surnoms ridicules à l’époque) jumper sur Bonzaiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii tsa tsa tsa tsa tsa tsa Bonnnnnnnnnnnnzai… Electronic’s really great but my sound is much PPPPPPRRRRRRR BETTER…

Après, pour mes 17 ans, Michel Fugain me fera toujours penser à une soirée où, dans la voiture d’Oli (un autre), qui remontait vers la Belgique alors que je restais dans le sud de la France, nous écoutions en larmoyant Un beau roman… Je vous rassure, on s’est retrouvés par après, on a même vécu ensemble avant que nos vies prennent des voies différentes.

Puis à tout jamais jamais, certaines chansons sont bannies de mon existence, liée au gros couac de ma vie…

  • Paint it black.
  • Tonight, tonight.
  • Bitter sweet symphony
  • Home sweet home

Je les entends et paf, je me rappelle que ma vie est pas tout à fait ce qu’elle aurait dû/pu être si et si et si… Même pas je te les poste.

Heureusement au milieu de tout ça, il y a Streets Spirits et Love me Please Love Me qui me rappelleront à tout jamais une nuit sur la plage et une ballade en voiture avec Nico et Barbara. Mes chansons bretonnes à moi…

http://www.youtube.com/watch?v=IrTB-iiecqk

Evidemment, d’autres chansons sont venues d’ajouter à la liste.

Monolife (si vous ne connaissez pas, vous devriez) me rappelle une certaine soirée avec Fred, une jolie histoire désormais révolue mais pour laquelle je garde une graaaaaaaande tendresse… N’importe quelle chanson à base de basse aussi. Et Someone Like You, qui me rappelle une nuit sur la terrasse du Notger…

Après il y a Si seulement je pouvais lui manquer, Il pleut sur Nantes et Papaoutai, que je partage désormais avec ma soeur… Vient de s’ajouter Dancing Queen, qu’elle entend enfin un peu comme moi… (Vous l’entendrez tout pareil si vous regardez le Mariage de Muriel)

http://www.youtube.com/watch?v=lsmZk3-M8Qc

Depuis, j’aurais aimé que la vie s’arrête à Blame it on The Boogie…

Il semblerait que non. Elle est pleine de bonnes blagues, la vie. Et y a tellement de chansons…

Je vous souhaite à tous/toutes de trouver celui/celle qui sait quand il faut faire “ouh” au bon moment…

Quotation-Oscar-Wilde-car-love-inspirational-song-Meetville-Quotes-59966
Alors, qui a partagé la B.O. de votre vie?

signature