Pour tout vous avouer, j’ai mis des jouuuuuurs à rentrer dans ce bouquin “Une fille parfaite”. Je sortais d’un vraiment bon, le genre de roman qui fait que je n’ai rien envie de lire ensuite. Donc j’ai commencé plusieurs fois celui-ci avant de parvenir à vraiment entrer dedans.

Et j’ai bien fait de forcer!

Une fille parfaite, une énigme…

une fille parfaite

 

C’est donc l’histoire de Mia, une jeune enseignante, fille d’un riche juge, qui revient dans sa famille après un kidnapping qui a duré plusieurs mois.

Elle est persuadée qu’elle se nomme Chloé et n’a aucun souvenir de ce qui s’est passé durant sa disparition.

Sa mère, Eve, cherche en vain à la ramener à la réalité.

Que lui est-il arrivé? Pourquoi a-t-elle changé toutes ses habitudes? Quelles tragédies a-t-elle vécues durant ces longs mois?

Un roman Harlequin

Et oui les copains, c’est un roman Harlequin. Et j’aime bien cette absence totale de prétention. Ce n’est pas une bluette à la 50 Nuances qui se prétend de la littérature. C’est un Harlequin au goût prononcé de polar à suspense avec un flic, un coupable, une victime et pas mal de surprises. D’excellentes surprises en fait!

Un roman à plusieurs voix

D’allers retours constants entre hier et aujourd’hui, on apprend la convalescence de Mia et le déroulement des événements. On apprend qui l’a enlevé et comment.

On apprend l’enfant qu’elle fut, la jeune femme qu’elle devint, comment la voyait son père et comment la voyait sa mère. Comment la famille a vécu l’absence, comment le kidnappeur a…

Mais non, comme toujours je me garderai bien de tout vous dire.

Simplement que j’ai aimé ces voix et ces gens, que j’ai stressé plus d’une fois (au point de crier quand ma fille a frappé à la porte de la salle de bain quand je lisais dans mon bain) et surtout, surtout, que j’ai ADORE la fin.

Ce n’est pas novateur, mais c’est un excellent thriller pour cette saleté d’hiver!