Ca fait un moment que je n’ai pas continué cette série pourtant très importante.

Ici, je voulais parler d’une des femmes militantes qui se sont battues pour la libération de nos corps : Annette Kellerman.

Annette Kellerman, une battante…

Fille de musiciens, Annette est très tôt atteinte de la polio. Son médecin lui conseille de se muscler par la natation et elle apprend à nager à la piscine municipale.

Appareillée, elle était terrifiée par l’eau, qu’elle a fini par voir comme une libération.

A 13 ans, ses jambes sont presque normales. Quand elle a 15 ans, elle maitrise toutes les nages. Un an plus tard, à 16 ans, elle entame une vraie carrière de compétitrice et établit des records de folie. Elle et son père ont voyagé en Angleterre où elle a fait sa première tentative de traverser la Manche en 1905. Bien que sa tentative ait échoué, elle a établi un record en couvrant les trois quarts de la distance en 10 heures et demie. Son record de natation sous l’eau était de 3 minutes et 27 secondes. Elle n’avait aucun scrupule à rivaliser avec les hommes et était souvent victorieuse lors des courses.

On était au début du 20ème siècle!

La première sirène

C’est elle qui a rendu populaire la natation synchronisée en présentant un ballet aquatique en… 1907!

Sauf que… soucieuse d’être libre sous l’eau, elle a voulu libérer ses bras et ses jambes. Damned, la voilà poursuivie pour… INDECENCE. Le juge, un précurseur également, statue en sa faveur, selon l’argument sportif, et l’autorise à porter sa tenue si elle est couverte au bord de la piscine.

Elle a pourtant imposé le maillot de bain “Kellerman” qu’elle estimait être se plus grande réalisation car elle célébrait la forme naturelle des femmes.

Ses propos :  « le corps sans ornement était beau en soi, pour être audacieusement affiché et admiré.”

Une femme entière!

Elle enchaîne par une carrière d’actrice, toujours sur le thème de l’eau et choque encore en tournant une scène nue.

 

Devenue conférencière et écrivaine, elle défend les droits de la femme jusqu’à la fin de ses jours. Elle veut que le sport soit accessible aux femmes pour le bien de leur corps.

Encore une femme dont on parle peu, qui a pourtant ouvert la voie à la liberté de nos corps.