C’est une question que vous me posez souvent, particulièrement pour les blogueuses débutantes. Je pense que la critique, qu’on soit blogueurs ou pas, on s’y heurte de toute façon. D’ailleurs, les réseaux sociaux sont un lieu fabuleux pour ça.

J’ai donc choisi de partir d’un exemple concret qui vient de me tomber dessus et de vous expliquer comment j’essaie d’envisager la vie…

Le statut litigieux…

Il faut savoir que je ne me censure pas sur ma page personnelle. Et j’y fais parfois des blagues de mauvais goût.

Ce matin, je prenais tranquillement mes céréales quand je suis tombée nez à nez avec Elise, mon chat, qui avait à moitié tué une souris et la regardait essayer de fuir avant de la rattraper. L’image est dure, au petit matin ou à un autre moment d’ailleurs. D’autant qu’ensuite, j’ai eu droit au SON lorsqu’elle a décidé de la manger toute crue. Je n’ai même pas pu terminer mon repas…

Ca m’a fait rire d’imaginer Elise en taille humaine et moi à sa taille. Et j’ai fait ce statut sans trop y songer…

La plupart des gens ont enchaîné. Même ma soeur, végétarienne, rit de ces statuts idiots.

Il faut savoir que je mange très peu de viande et que, vivant près de fermes et venant d’une famille de fermiers, je mange plutôt de la viande de qualité. Je ne suis pas végétarienne, mais je ne suis clairement pas pour la consommation ou l’élevage démesurés.

Mais soit… Jusqu’ici mes contacts végétariens se tamponnaient de ma façon de vivre.

Jusqu’à ceci…

“Décevant toi”…

Bah ma foi, je n’ai jamais aimé les jugements péremptoires. Ici, je plaisantais. Qu’on ne le comprenne pas, j’accepte. Qu’on me juge pour autant “un moi décevant”, ça me parait excessif et ça, c’est décevant. Mais encore une fois, soit.

Evidemment, j’ai pas mal de contacts qui ont de l’humour, ou de la réflexion, et qui ont plus ou moins pris ma défense, certains avec un humour plus agressif. Mais je ne suis pas responsable de leurs propos ou de leurs avis.

La personne déçue m’a viré de ses contacts. Soit, encore.

Et puis…

Et puis, au lieu de venir me parler, d’échanger sur sa déception ou autre, elle a fait ce statut. (oui parce que nous avons des contacts communs et j’ai reçu 6 copies de ce statut quand même…)

Les 7 likes? Des inconnus.

Les 8 commentaires? Je vous les offre, c’est gratuit.

Alooooors… quand je dis “gratuit”, c’est le terme qui convient me semble-t-il.

Mais alors comment on réagit?

On y vient on y vient.

Il y a quelques années, je pense que ça m’aurait dramatiquement blessée. Tu n’es pas d’accord avec moi alors, toi qui m’écrivais régulièrement des MP super gentils m’expliquant que mes posts t’aident dans la vie, tu estimes que je mérite tout ce déferlement de méchanceté gratuite?

Soit.

J’ai appris avec le temps à ne pas rentrer dans la haine.

Je me remets en question

Qu’ai-je pu faire qui blesse à ce point une personne pour qu’elle aille jusque là? Il s’agit d’une incompréhension, d’une maldonne. En vis à vis, ça n’en serait probablement pas arrivé là.

Morale 1 : faire attention à ce que je raconte et devant qui, surtout par écrit.

Je bloque les gens qui risquent de me blesser

J’accepte le rejet, je refuse la moquerie gratuite avec le contact “qui me garde pour se moquer”. Je comprends qu’on ait besoin de bitcher parfois, je pense juste que le faire publiquement n’est pas nécessaire. Toute personne qui risque de me blesser, je bloque définitivement.

D’ailleurs, pour tout vous dire, je bloque les gens qui font des statuts qui m’agressent et c’est ce que j’aurais fait à sa place plutôt que d’en arriver là. Je bloque les gens qui font des statuts racistes etc par exemple. Je peux comprendre que ce soit pareil pour un végétarien. Mais je n’en deviens pas méchante pour autant.

Morale 2 : il vaut mieux éliminer les gens qui jugent gratuitement que se faire du mal pour rien.

Je demande aux gens de ne pas me rapporter les propos qui suivront

Je n’ai pas envie d’en lire plus. Ca ne sert à rien. Les réseaux permettent cette méchanceté au monde, à commencer chez les ados. Plutôt que focaliser sur le mal qu’on dit de toi, vois le positif. Il y aura toujours des gens pour se moquer de ta tenue ou de ton maquillage. C’est une belle leçon pour Lola d’ailleurs : oui, adulte ça continue. Et on apprend à fermer les yeux et les oreilles. Ca ne sert à rien de laisser les gens vous atteindre.

Morale 3 : ne pas chercher à en savoir plus.

Je me rappelle que c’est pas grave

Autrefois je calais ferme sur ces jugements. Au milieu de 50 mots gentils, je retenais LE mot méchant.

Et c’était moi que je punissais. Aujourd’hui, je vois surtout que la majorité de mes contacts a compris mon humour et que beaucoup ont essayé de me défendre. Certains ont même pris la peine d’écrire des tartines qui reflètent parfaitement ma pensée. Je suis donc comprise par une majorité. Non pas que la majorité ait toujours raison mais ça veut dire que MA majorité que j’ai CHOISIE a compris et c’est tout ce qui compte.

Morale 4 : tu ne peux pas faire la majorité totale et c’est très bien comme ça

Est-ce que je suis blessée?

Non. Je vous mentirais en vous disant que, au fin fond de moi, je ne regrette pas un peu cette incompréhension, mais les suites me convainquent d’une chose : je ne fais que nettoyer l’inutile. Sélection naturelle en somme, on y revient.

Mon conseil final

Vous ne ferez jamais l’unanimité. C’est normal. Au sein d’une immense diversité humaine, il y a forcément des divergences. Ces divergences se discutent et, quand la discussion est niée, vous n’êtes responsable de rien. J’aurais probablement dû veiller à ne pas blesser cette personne en la bloquant de ce statut qui n’allait pas forcément la faire rire, mais je ne suis pas responsable des suites.

Laisser les gens libres de leurs opinions, mais les vivre loin de moi s’ils tombent dans le travers de la gratuité, c’est MA façon de vivre. Je choisis de ne pas avoir de haine envers ces gens. Simplement une forme de placidité indifférente et calme. Des tas de gens m’ont jugée et moquée. J’ai tant d’autres choses à ressentir que de la colère pour eux au fond.

 

Essayez de méditer ces mots-là. Je vous assure que c’est important et que ça change le ressenti de tout.

Et puis dernier conseil : si vous n’appréciez pas les propos d’un contact, allez lui parler en privé. Pour ma part, j’aurais supprimé mon post et me serais même excusée. Les discussions franches, ça vaut la peine parfois. Parfois pas. Mais c’est toujours bien d’essayer…

Soyez heureux et positifs. Ca aide pas mal dans la vie!

PS : je vous demande une dernière chose. Ne faites pas suivre cet article de mots haineux. C’est tout le contraire de ce que je vous dis dans cet article…