Le marketplace, c’est cette petite icône en forme de petit magasin sur votre Facebook.

Le MarketPlace, ze place to be

C’est en fait un lieu virtuel où tout le monde peut poster ce qu’il a à vendre.

Tout est classé par lieu et par type d’objet. Et croyez-moi, on y trouve des merveilles. Depuis que j’y suis, j’ai acheté des tas de plantes dont certaines plus grandes que moi pour 15€, un ensemble de chaises en rotin, une table en rotin, un grand miroir, ma fabuleuse commode, des tapis et j’en passe.

C’est simple, je n’achète RIEN sans aller voir d’abord ce que je peux y dégoter.

Le miroir (45€), la plante (15€) et la commode (80€) viennent tout droit du MarketPlace…

“Mais moi je n’y trouve jamais rien”

Vous n’imaginez pas le nombre de fois où des copines m’ont dit ça. Et quand je les interroge sur leur façon de chercher, je comprends mieux. Elles ont envie d’une table vintage, elles cherchent “table vintage” une fois, ne voient rien qui les tente et basta “je n’y trouve jamais rien”.

Donc il est l’heure, je vous file ma technique top secrète.

Tout ce qui me fait rêver est en recherche enregistrée et je passe faire un petit tour de 5 minutes tous les jours. Mes recherches actuelles sont “salon de jardin”, “table de jardin”, “rideaux” (je vous jure, des gens vendent des rideaux qu’ils ont achetés et n’utilisent pas), “tringle à rideaux”, “plantes” et bien entendu, je garde en permanence la recherche sur mon village (s’il y a un truc chouette à deux pas, je veux le savoir).

Il suffit de passer avec régularité et de jeter un oeil. Certains objets sont surévalués donc je les enregistre et j’attends que le vendeur les diminue. S’il ne les diminue pas, je m’impose la règle de ne pas acheter au-delà de mon prix. C’est comme ça que j’ai eu cette fabuleuse commode qui est maintenant dans ma chambre.

On trouve de tout…

Ca vous donne une idée non?

“Je n’aime pas le seconde main”

Hum… Ok, ok… Je peux comprendre. Mais on est en 2018 et presque en 2019 et on sait très bien qu’il faut apprendre à consommer autrement. Cette solution-là en vaut une autre et permet finalement à tous d’avancer vers cette autre consommation.

Je vous avoue bien que, de mon côté, cela me permet surtout de trouver pour pas cher des objets pour redécorer ma maison que je me réappropriaient depuis un an seulement. Je la fais évoluer lentement vers un mode de vie plus “hygge” et plus douillet, plus personnel aussi.

Un meuble qui a eu une vie, qui ne se trouve pas dans un catalogue, ça me parle quand même plus qu’un meuble ikea, même s’il est évident qu’on ne se passera pas du géant.

Quelques pièces personnelles comme celles-là me ravissent : je leur trouve un charme différent.

Un dernier exemple pour la route :

Cette chaise dégotée au hasard de mes errances… je ne sais pas… je lui trouve un côté étrangement bienvenu. Comme si cette seconde vie devait forcément avoir lieu.

Je sais, je sais, je plane un peu. Mais j’y crois 🙂

Alors, vous allez vous lancer?