C’est une question qu’on me pose ultra souvent. Et je comprends que ce soit une interrogation. Donc que je vous explique comment je procède.

Choix de mes sujets…

Bah voui, forcément il faut bien commencer par là.

J’ai d’abord tous les articles qui dorment dans ma tête et dans mon coeur. La liste n’en finit pas. Les articles les plus personnels me demandent plus de maturation. Ils dorment longtemps avant de sortir. Et quand ils sont prêts, ils germent en 20 minutes. Ce sont bien entendu mes préférés.

Puis il y a les collaborations. Je reçois entre 10 et 30 propositions par jour en moyenne. La majorité part à la poubelle et puis j’en valide d’autres.

L’étape photos.

Je reçois les produits et ils passent dans mon armoire à photos. Je fais les photos AVANT de tester les produits, parce qu’après, les flacons sont souvent moches (je ne suis pas du genre à faire super attention…)

Ils attendent dans mon armoire pendant la semaine parce que quand je rentre, après 18h30, la lumière n’est pas bonne.

Donc le samedi et le dimanche matin, je fais les photos dans le coin le plus lumineux de la maison. Le plus difficile pour moi, ce sont les photos de moi, puisque je n’ai pas de photographe sous la main, hormis Lola qui a souvent autre chose à faire même si ça l’amuse.

Je fais mes photos avec mon iPhone ou avec mon Canon 70D. Je n’ai qu’un objectif, un 58mm. Quand je le peux, j’emprunte un chouette Nikon 5D au travail.

J’adorerais me procurer le matériel conseillé par Elleenparlent.com là. 

Les tests.

Une fois les photos faites, je les mets dans mon calendrier de tests. Parce que moi, ça me fait bien rire les nanas qui reçoivent des produits qui demandent des semaines de test et qui en parlent trois jours après réception.

Donc je débute le test. C’est toujours un peu galère à organiser et le plus drôle, ce sont les marques qui t’écrivent douze fois pour te demander une semaine après réception du produit QUAND tu sortiras l’article qui parle de leur produit sur lequel est noté “résultats visibles dès le premier mois”.

Je peux vous dire que je sais déjà quelle crème visage j’utiliserai début février…

Le planning de publications

La phase de test conditionne aussi le planning de parution des articles. Parfois un produit attend un moment le temps que j’en teste un autre. Et puis dans ce planning, j’insère mes articles personnels, mes inspirations, etc.

Je dois également penser à ne pas vous parler deux fois de la même chose la même semaine. Vous le savez, je suis une GRANDE malade de bijoux. Mais bon, ce serait bizarre que je vous parle de deux marques de bijoux la même semaine. Donc je deale le mieux que je peux.

Bien entendu, lorsque je fais une collaboration rémunérée, je dois également accepter les dates imposées par les marques. Comme c’est un peu la seule marge de manoeuvre que je leur concède, je leur dois bien ça. Pour les collaborations gratuites contre un produit, je décide de publier quand j’estime que c’est le moment idéal.

Les retouches photos…

Ca, c’est désespérément long. Et évidemment, comme ce n’est pas ce que je préfère, c’est ce qui me fait prendre plein de retard. Les retouches sont vraiment obligatoires. Preuve en image :

J’ai envie de vous proposer du joli contenu donc ça compte.

Je retouche mes photos avec Lightroom, pour celles que ça intéresse. C’est permet vraiment de bien travailler la photo. En général, je fais ça aussi le weekend ou en soirée en semaine quand j’ai pris du retard.

La rédaction des articles…

Bon là, c’est le gros morceau. J’essaie d’en faire un maximum le weekend pour la semaine. Mais bien entendu, comme je fais presque un article par jour, difficile d’en rédiger 7 le weekend. Donc j’en fais trois ou quatre et le reste en semaine, le soir.

Je travaille le SEO (le référencement naturel). J’utilise le plug-in Yoast sur wordpress. Mes photos sont toutes référencées (nom et attribut ALT). Le fait de bien référencer le tout fait que le référencement naturel est mon premier moyen d’être lue. Il représente environ 60% de mon trafic. Ce qui explique, d’ailleurs, que j’aie fini par devenir copywriter dans une agence (mais finalement, je gère des projets marketing de façon beaucoup plus globale mais le copy est toujours ce que je préfère…)

Les partages sur les réseaux sociaux…

Chaque article est ensuite partagé sur tous mes réseaux :

  • instagram : via une photo dans mon feed. A intégrer quand même dans les couleurs. Ca n’entraîne en général qu’une petite dizaine de visites (risible, donc)

    Je prépare le rendu dans l’application UNUM.
  • story instagram : via un post avec un lien. Ca n’entraîne qu’une centaine de visites mais bon, c’est toujours ça. Je prépare mes stories avec StoryArt ou dans Photoshop.
  • Facebook : je programmais les posts jusqu’à ce que, récemment, je constate que ça génère moins de visites. Allez savoir pourquoi. Donc je partage chaque jour manuellement… C’est le réseau qui m’apporte le plus de lectures en dehors du référencement. C’est aussi celui que je préfère puisque c’est là que j’échange le plus avec les lectrices.
  • Pinterest : je programme tous les posts avec Tailwind (une quinzaine d’euros par mois). Il me permet de lier toutes les photos à l’un ou l’autre tableau en quelques minutes sans le faire manuellement. Comme en général, j’ajoute aussi une photo spéciale pour Pinterest, qui entraîne des repins. Depuis peu, Pinterest frôle Facebook dans les résultats du blog. C’est mon réseau favori pour l’inspiration.
  • Twitter : je m’y suis remise récemment. Rapport à mon métier en fait. Je l’enseigne à des clients donc j’estime qu’y être présente est important.
  • Linkedin : même raison. Puis ça permet à mes contacts “pros” de comprendre ce que je fais en dehors de mon travail.

Pour Twitter et Linkedin, j’utilise une autre application de programmation : Buffer. Ca me permet de programmer tout en une fois aussi.

Les réponses…

Ensuite, il ne me reste “plus qu’à” répondre à tout le monde sur tous ces réseaux. Les questions, les remarques, les idées… En général, je passe mes soirées à ça. Je reçois entre 100 et 300 messages par jour, tous réseaux et mails compris.

Et donc?

En principe, vous comprenez un peu mieux la charge de travail que comporte l’activité de blogueuse. Je prends tout ça très au sérieux et j’aime faire ça bien.

Je me sers de Trello pour m’organiser et mes articles passent de colonne en colonne : idée, collaboration, photos, retouches, test, rédaction, partages, réponses, clôturé.

Pour terminer, en cas de collaboration rémunérée, il reste les statistiques à collecter sur chaque support qu’il faut ensuite envoyer à la marque.

J’espère avoir répondu à toutes les questions que vous vous posiez sur l’organisation de mon travail!

Si vous en avez encore, je suis tout ouïe!