Vous savez ce qui est pire que le nouvel an ? Les résolutions du Nouvel an ! On décide de changer et… rien ne change.

C’est un classique : on prend de bonnes résolutions, au Nouvel an ou à la Rentrée et BAM, trois semaines après, c’est poubelle. Le résultat ? Tu te sens minable.

Et il se trouve que je dois (encore) changer pas mal de choses…

Donc figurez-vous mes chères chéries que la vie est un long parcours (et c’est ça qui est fun). Et que si je vous ai écrit tout un bouquin sur le lâcher-prise, il se trouve que je n’ai pas pour autant toutes les clés, et ce serait dommage si je les avais toutes : quel goût aurait une vie sans apprentissage ?

Et comme vous le savez, ma reconversion professionnelle s’est accompagnée d’une surcharge de travail un peu démente, entre le fait d’apprendre à gérer une équipe de marketing, écrire un livre, continuer le blog et ma vie de maman etc.

Cette surcharge de travail, je l’ai gérée mais, suite à mes diverses consultations, je découvre que c’est ce bouleversement qui a entraîné ma prise de poids importante (20 kilos la première année). Je mange mon stress et je transforme ça en hyperphagie compensatoire. Eh oui, à 42 berges, tu peux encore tomber dans les TCA même si celle-ci est encore raisonnablement débutante chez moi. J’ai réellement décidé il y a deux ans de me libérer des diktats des magazines et cette idée a été de pair avec un besoin de déstresser que je me suis autorisée dans le domaine de l’alimentation puisque c’était le seul créneau qui me paraissait ouvert.

Ajoutez à cela la rédaction d’un livre qui remue les tripes et qui me fait fouiller un peu partout et vous aurez un combo gagnant pour la compensation dangereuse.

Il est donc temps, lentement, de changer les choses.

Se faire aider.

Ca, c’est un cap crucial. Je pense qu’on n’entame pas de modifications de son mode de vie sans consulter des spécialistes. Pour ma part, je n’y vais pas par quatre chemin, j’ai été orientée vers une psy spécialisée dans le traitement des TCA, même légers. Et puisque le tout est lié à mon bouleversement professionnel, j’ai décidé de voir un coach professionnel pour m’accompagner dans l’amélioration de mon travail et par là, mon stress.

Avec de l’aide, c’est plus facile…

Hors de question d’entamer un régime seule, hors de question d’essayer de changer les choses seule : j’ai bien appris qu’on n’évolue pas sans soutien.

Ne pas dramatiser.

Et non, je ne suis pas inquiète : je savais bien entendu que ma prise de poids n’était pas normale et ce n’était tout simplement pas mon sujet du moment.

Maintenant, le moment est venu : je suis installée dans ma vie professionnelle et je peux commencer à penser à régler les choses dans ce domaine.

Rien n’est grave puisque rien n’est définitif tant qu’on n’est pas mort. Je ne suis pas morte, je peux encore corriger ce mauvais tir et éviter d’une part, de me retrouver avec des hanches artificielles (pour celles qui ne suivent pas, la prise de poids a révélé une grave arthrose des hanches… et des genoux : si je ne perds pas de poids, on remplace !) et d’autres part, de continuer à blesser mon corps en lui donnant tout ce qu’il ne veut pas.

Les mots TCA (Troubles du Comportement Alimentaire) sont moches parce qu’on les associe aux cas tragiques qu’on nous montre à la télé. Or, tout le monde ne meurt pas de TCA. Mais par contre, 5% de la population souffre de TCA et le chiffre serait bien plus grand si toutes les personnes consultaient.

Observer et comprendre son comportement alimentaire ne doit pas entraîner des inquiétudes démesurées. Mais c’est important de comprendre.

Avancer au jour le jour.

Et c’est là tout le sujet de cet article.

Non, je ne me mets pas au REGIME. Oui j’avance pas à pas en changeant profondément mes habitudes et changer ses habitudes, ça ne se fait pas du jour au lendemain.

C’est comme réapprendre à marcher

J’ai donc décidé de changer les choses une à une sans pression.

Ca commence par un peu d’eau, le matin. Ce n’est rien, un verre d’eau. Ca ne donne pas l’impression de me priver de quoique ce soit. C’est un verre d’eau. Et c’est un verre d’eau pendant une semaine, puis deux et vous avez saisi l’idée.

Ca continue ensuite en prenant des Titres Services pour moins m’occuper de la maison et retourner faire du sport. Piano piano.

Je n’ai pas d’objectif de poids, pas d’objectif de résultat : je bois de l’eau le matin et je vais retourner au sport. Et je veux juste que ça redevienne une habitude. Je compte simplement revenir doucement vers un comportement normal. Petit à petit.

Et puis ? On verra.

PS : n’oubliez pas de vous procurer mon livre 😉