Eh oui, à force de recevoir des questions, il fallait bien que je finisse par mettre les choses au clair : vous savez que j’aime la transparence.

Par exemple, plusieurs personnes m’ont envoyé des CV en me proposant leurs services comme assistantes personnelles, convaincues que, puisque j’avais écrit un livre, j’avais de quoi avoir une employée… La suite devrait vous faire rire ^^

Je reçois d’autres nombreuses questions concernant mes frais de port (exorbitants) etc etc. et je tiens vraiment à ce que tout le monde comprenne bien le tout !

Alors faisons le point

Il faut d’abord savoir que je n’en savais pas plus que vous sur les droits d’auteurs et autres machins avant d’écrire un livre. Je pensais d’ailleurs que la personne qui gagnait le plus de sous sur la sortie d’un livre, c’était l’auteur. Or, il est temps que je vous dise qu’un auteur ne touche qu’une infime partie du prix du livre qu’il a écrit.

Voici une petite illustration qui vous permettra de comprendre :

Source : http://www.editions-humanis.com/combien-gagne-auteur.php

Donc un petit auteur, comme moi, peut AU MIEUX espérer gagner 2€40 par livre s’il en vend énormément puisque le pourcentage de droits d’auteur augmente en fonction du nombre de livres vendus.

Des millions de livres ?

Sauf que ne rêvez pas, un livre belge qui ne sort pas en édition de poche a, au mieux, un espoir de vendre 3000 exemplaires mais les ventes moyennes sont inférieures à 1000 livres…

Bien entendu, on a tous entendu parler des auteurs qui sont riches de leur plume mais ils sont rares !

Je vous laisse faire votre compte sur ce qu’un auteur moyen peut espérer gagner…

Combien gagne un auteur ?

Et si on vend ses livres ?

C’est bien ce que font les petits auteurs comme moi : ils se créent un petit site pour vendre eux-mêmes une partie de leurs livres.

Cela nous permet donc de bénéficier, en plus, des revenus (environ) de la case “libraire”, déduction faite des taxes et du coût du site web.

Sauf que la concurrence est lourde pour son propre livre : les mastodontes comme Amazon peuvent se permettre de faire des envois gratuits. L’auteur, lui, n’a pas cette possibilité et doit donc faire payer son lecteur plein pot.

Cet état de fait a longuement été débattu par le passé d’ailleurs et je vous renvoie vers cet article tout simplement édifiant vous expliquant les dessous de la livraison gratuite…

Et la livraison, en réalité, coûte un pont. Oui, envoyer un livre d’environ 350gr coûte, SANS NUMERO DE SUIVI, pas loin de 9€…

Le petit libraire qui vend en ligne ou l’auteur lui-même, s’ils voulaient offrir les frais de port, devraient tout simplement ne RIEN gagner sur le livre vendu.

Ca fait cogiter…

C’est donc comme ça que j’ai appris toute la différence entre la réalité du livre telle que je l’imaginais et ce qu’elle est… Même une maison d’édition ne PEUT PAS rivaliser avec les Prime et les programmes de fidélité…

Et que faut-il faire ?

Ne vous inquiétez pas : un auteur apprend très vite, avant même le livre édité, quels revenus il peut espérer. Que cela soit juste ou pas, peu importe, là n’est pas la question. Donc ne vous en faites pas pour moi : je savais que les rentrées que ce livre m’apporteraient ne seraient qu’anecdotiques.

Au mieux, Lola et moi nous offrirons un weekend ou deux quelque part pour fêter ça !

J’ai créé mon site de vente pour le plaisir fou de voir vos commandes arriver accompagnées de leurs petits mots et pour la joie que je ressens lorsque je donne toutes ces enveloppes au facteur en sachant que mon petit mot à moi repart dans des tas de directions merveilleuses mais n’en doutez pas : je suis tout aussi reconnaissante de votre achat où que vous le fassiez ! C’était, quoiqu’il en soit, inespéré, lorsque j’écrivais le livre dans ma cuisine cet hiver ou sur mon canapé devant le feu !

Cela dit, n’hésitez pas à commander le livre à votre libraire de quartier qui a beaucoup de mal à se battre au quotidien ou sur le site de Racines qui a eu la bonté de croire en moi.

Donc je n’aurai pas d’assistante ^^

Je suis donc au regret de vous annoncer que je ne vais pas engager une assistante de sitôt : à moins qu’elle ne se contente de pâtes, de cookies ou de pizza pour salaire, il faudrait que je vende bien plus de livres que nous n’en avons imprimé avec Racines ! Puis j’ai déjà des amies adorables, soeur, cousine qui viennent m’aider à emballer vos commandes pleines d’amour.

Cette aventure représente pour moi un bonheur quotidien, quel que soit le nombre de commandes que je reçois. Chaque fois que mon téléphone m’envoie une notification de commande, c’est comme une déclaration d’amour que je reçois. Et ça, croyez-moi, ça vaut bien plus que les sous que j’aurai dans la poche ou pas à la fin.

Si vous désirez vous procurer mon livre avec une petite dédicace de ma part, c’est par là 🙂

Retenez simplement que, que vous l’achetiez ici ou ailleurs, que vous l’empruntiez à la bibliothèque ou à une copine, ce qui compte c’est que quelques coeurs le lisent et qu’il vous fasse du bien !

Merci à vous tous et toutes <3