Dernièrement, mon esprit, qui s’égare parfois sans que je puisse le ramener à des sujets cruciaux comme “que va-t-on manger ce soir?”, s’est surpris à penser à une chanson de Claude François et à s’interroger sur le sens profond de ses paroles. Et quelle ne fut pas ma surprise de découvrir qu’elles n’en ont pas. De sens profond. Si vous me suivez.

J’en ai fait un statut (oui, je statute pour un rien) (oui, statuter n’existe pas mais je trouve que depuis Facebook, ça devrait) (Pardon, c’est encore mon esprit qui s’égare) (ceci dit, je ne trouve pas ma réflexion totalement inutile mais soit).

J’en ai fait un statut (oui, le souci avec l’esprit qui s’égare, c’est qu’on perd le fil et qu’on doit revenir à la base à chaque fois). Statut qui a suscité pas mal de vos réactions et, soyons honnêtes, nous étions toutes brillamment drôles. J’ai donc choisi de vous reprendre (en vous citant parce que sinon c’est du vol) et d’en rajouter une couche parce que, admettons-le, nous n’avions pas fait le tour.

Des histoires cheloues de magnolias.

Tout est parti de là : “Dites-lui que je pense à elle dans un grand champ de magnolias “

 

 

Bon alors mon constat de base était “donc il ne pense jamais à elle puisque c’est pas tous les jours qu’on croise un champ de magnolias”. CQFD : Claude n’en avait, finalement, rien à caler.
Delphine, dont l’époux est paysagiste, a enquêté pour nous : non, il n’a jamais vu ni planté un champ de magnolias (y a peut-être un secteur à creuser, Delphine…)

Eliette avait ajouté que “des chansons qui parlent d’amour et d’hirondelles”, c’est plutôt rare aussi…

Citons maintenant Sabine : “N’empêche que la meuf devait être schizo pq parfois elle pleure quand il arrive et elle rit quand elle s’en va. Le mec n’est d’ailleurs pas très sûr quand il dit pauvre violette ou magnolia. Même lui il ne sait plus.”

J’opte finalement pour la schizophrénie. Sur quoi je me base? Sur ça :

“Elle aime les grands ciels humides
Et les déserts où il fait froid

Elle se prend pour une fleur, elle aime les déserts froids. Elle est bonne à interner. Voilà.

Mais bon… s’il avait un marteau…

Valérie Sohie a continué avec “On parle quand même d’un mec qui a juste besoin d’un marteau pour construire une ferme, une grange et une barrière… il est drôlement doué quand même…”

Et c’est pas faux. Je n’avais JAMAIS écouté les paroles de cette chanson et elle est INTERPELLANTE.

Si j’avais une cloche
Je sonnerais le jour
Je sonnerais la nuit
J’y mettrais tout mon cœur,
Pour le travail à l’aube
Et le soir pour la soupe
J’appellerais mon père
Ma mère, mes frères et mes sœurs
Oh oh, ce serait le bonheur

D’accord. Donc le rêve absolu de ce mec, c’est d’avoir une cloche pour sonner la soupe. Bon, vous me direz que c’est assez humble comme trip.

Si j’avais un marteau
Et si j’avais une cloche
Puis si j’avais une chanson à chanter
Je serais le plus heureux
Je ne voudrais rien d’autre
Qu’un marteau, une cloche et une chanson

Et nous comme des cons, on chante à tue-tête qu’on serait heureux avec un marteau, une cloche et une chanson alors que je dois bien vous avouer que, pour ma part, je ne saurais trop quoi en faire.

Globalement, ce mec, c’est Indochine

J’ai toujours pensé qu’Indochine était le top de la chanson sans sens (d’ailleurs faudra que je me penche sur leur cas un jour). Mais en fait, ils avaient un précurseur : il y avait Claude François!

J’ai plus d’appétit
Qu’un Barracuda
Je te mangerai crue si tu n’me reviens pas

Comment tu la manges si elle n’est pas là, mec? COMMENT?

Et Belinda? On en parle de Belinda?

Ça fait dix fois qu’elle s’en va et qu’elle revient
C’est elle qui fait mon cœur et qui défait mon cœur de ses mains

C’est donc une banale chieuse en mode suis-moi je te fuis.


Si vous la voyez 
Vous la reconnaitrez
Elle a les yeux bleus Belinda
Elle a le front blond Belinda

Le top du top du descriptif. Ah oui, là, Claude restreint vachement les recherches. Il devrait voir avec Badoo tiens… (spéciale private joke pour les gens sérieux qui suivent vraiment avec assiduité).

Et si on parlait de CETTE ANNEE-LA???

Que.Des.Contradictions.

Rappel : il parle de 1962.

Je chantais pour la premiere fois
Le public ne me connaissait pas

Puis un couplet plus tard :
Quelle joie d’être l’idole des jeunes
Pour des fans qui cassaient les fauteuils

Ah bah voilà Belinda!

Non mais mec? Ca marchait ou ça marchait pas pour toi, en 62, au final? T’as oublié? Mais regarde sur Wikipédia quoi… (peut-être que tu devrais aussi lire un truc ou l’autre sur les notions de base de l’électricité tiens au passage, je dis ça, c’est pour ton bien).

Claude François nous a quittés.

Si on résume donc, ce type, de toute évidence perturbé, a passé sa vie à alerter son public de son incohérence mentale et PERSONNE n’a relevé. Nous sommes tous responsables les gars. Tous. Qui sait d’ailleurs si nous n’ignorons pas la souffrance manifeste de tas de gens comme… Jul? Kaaris?

Ne les laissons pas se coller la main à une ampoule. Enfin si. Enfin non. Enfin, je m’égare. Encore.

Allez, c’est pas tout ça, mais bon dimanche!