La question revient en permanence sur Instagram : comment choisir son rouge à lèvres sans faire d’erreur…?

Je suis coach en image, tu le sais, donc tu te doutes bien que pour moi, choisir le bon rouge à lèvres, c’est une question de colorimétrie.

Je vais d’abord te renvoyer vers cet article qui explique précisément ce qu’est la colorimétrie, puis après, tu reviens et on cause !

Le bon rouge à lèvres si tu es de typologie chaude ou froide

Comme pour le fond de teint, l’essentiel dans le choix de la couleur, c’est de savoir si tu fais partie des types chauds ou des types froids.

Quand tu sais ça, en principe, tu pars dans le bon sens.

Je remarque cependant que beaucoup de gens ont du mal à bien comprendre ce qu’est une couleur chaude et ce qu’est une couleur froide, surtout quand on est dans un entre-deux.

Une couleur chaude contient du jaune ou un dérivé et une couleur froide contient du bleu ou un dérivé :

Alors du coup, tu me diras que tous les rouges à lèvres sont chauds ? Maaaais non ! Il existe des rouges chauds et des rouges froids, des orangés plus froids que d’autres etc.

Une fois que tu connais ta typologie, tu peux choisir le bon rouge à lèvres sans te tromper !

Et c’est là que ça se joue !

Tu vois que des tons de rouges à lèvres se profilent ici !

Photo : lipstick and moe
Donc en haut les tons chauds, en bas les tons froids

Vous voyez un peu l’idée ?

Donc pour peu que vous choisissiez un cerise ou un coquelicot, vous aurez deux effets totalement différents.

Un cran plus loin dans le détail

Mais ce n’est pas tout : dans la colorimétrie, tu auras noté (si tu as lu l’article naturellement) qu’en plus d’être de typologie froide ou chaude, tu es sombre ou claire.

Cette donnée joue aussi puisqu’elle t’oriente vers été ou hiver en froid ou vers automne ou printemps en chaud.

Une hiver (froide-sombre) qui porte un rouge à lèvres froid-clair ça passe, car elle ne s’écarte que d’une donnée. Mais une hiver qui porterait un chaud-clair s’assure un résultat hyper moche car elle abandonne ses deux caractéristiques principales.

Ici, une illustration sympa d’un bon choix de nude : en haut les chauds, au centre les froids, en bas les neutres. A gauche les clairs, à droite les sombres.

Photo : Makeup.com

Cela explique, par exemple, pourquoi un nude beige légèrement orangé me donne un teint de cadavre : il est l’inverse total de ma carnation. Ca donne un effet morte chez le médecin légiste.

Un nude pour une froide-sombre, c’est toujours un peu middle puisque par définition, elle est sombre. On peut jouer avec mais comme chaque fois que l’on s’écarte de sa colorimétrie, il est judicieux de compenser par du bronzage, un maquillage un peu plus intense, les bons vêtements etc.

Et pour les dents ?

C’est assez simple : le chaud jaunit les dents. Normal, il contient toujours un peu de jaune. Un rouge orangé jaunit, un rouge framboise blanchit.

Un sombre blanchit, un clair jaunit.

Si vous trouvez vos dents jaunes, rien ne vaudra jamais un rouge sombre froid. Si cela ne correspond pas à votre typologie, il faut jongler avec les priorités.

Source : Bustle

T’as pas tout pigé ?

Je comprends bien, je comprends bien : c’est pas uuuuultra simple !

Ca tombe bien, on parlera de tout ça en live le jour de la prochaine Journée Imparfaites ! Vous pourrez venir avec vos tubes et je vous aiderai !

Le programme complet du 4 mai 2019:

  • accueil et drink
  • étude de cas de morphologie ! Apprenez la hauteur de talons idéale et déterminez de façon certaine votre morphologie !
  • workshop coiffure avec Michael Del Bianco du XYZ et de la L’Oréal Academy
  • découverte de créateurs et artisans géniaux qui vous parleront de leurs passions
  • workshop lipstick
  • repas du soir avec plat, dessert et boissons
  • PAF 60€

Pour vous inscrire, cliquez ici !