Je vous ai expliqué ma démarche de retour chez Weight Watchers dans un article précédent…

Après l’annonce de mon poids suite à un an et demi sans balance, j’ai d’abord dû digérer l’info.

C’est difficile de ne pas se résumer à un chiffre et penser en permanence à ces fameux 17 kilos à perdre, c’est ardu. Le lendemain de la fameuse pesée, j’avais l’impression que tout à coup, on voyait combien je pèse. C’est idiot hein? Comme si, du jour au lendemain, ces 17 kilos devenaient visibles. Alors que bon, j’imagine qu’ils les avaient vus bien avant moi!

Mais Weight Watchers, c’est parti!

Oui, c’est parti. Sans doute pas avec autant de facilité que prévu parce que j’avais plusieurs restos au programme.

Je vous avais promis d’expliquer tout ce que je savais du nouveau programme.

Je me sers de l’application pour tout. Le fait de pouvoir scanner les codes barres et avoir une estimation du nombre de points de chaque aliment est une vraie aide.

L’intérêt est évidemment que rien n’est interdit. Comme dit la coach, il faut se demander en permanence si on parviendra à vivre toute sa vie comme ça. Cela signifie donc que si je suis incapable de manger salé le matin, je peux trouver autre chose. Mais j’ai décidé de relever ce petit défi. Je sais parfaitement que manger sucré le matin provoque ensuite un pic de glycémie important qui entraîne une fringale ensuite. Donc apprendre à manger salé le matin ne devrait pas me tuer et oui, je peux m’imaginer vivre toute ma vie sans manger sucré dès le réveil, hormis, par exemple, le weekend pour les croissants.

Pour rappel, le principe WW c’est d’avoir une quantité de points par jour + une réserve.

Chaque aliment correspond à un nombre de points. Tous les fruits et légumes sont à 0 points (hormis les avocats et la noix de coco). La plupart des poissons aussi! Mais attention:

On peut en manger à SATIETE et pas à VOLONTE.

A l’écoute de mon corps.

Cela signifie donc que je dois écouter mon corps et déterminer si j’ai encore FAIM. Concrètement, j’avoue que j’ai plus souvent ENVIE que FAIM.

C’est très difficile d’arrêter de manger quand l’assiette n’est pas vide. On grandit tous avec « Finis ton assiette » or il s’agit de ne plus la finir si on n’a plus faim.

Les assiettes que je me sers d’ordinaire ne correspondent pas du tout à ce que mon corps réclame. Je n’ai pas faim pour une pizza entière. Et je m’aperçois qu’avec une petite assiette de pâtes, j’ai largement assez.

De l’organisation…

Oui, ce mode alimentaire nécessite de réfléchir. Hors de question de me retrouver à midi à aller chercher un sandwich sur le pouce. Me voilà donc obligée de penser mes midis à l’avance.

Je ne vous cache pas que, pour me faciliter la vie, dans un premier temps, j’ai pris les tranches de jambon et de fromage WW. Pas besoin de peser etc. Idem pour le pain : je choisis un pain toujours le même comme ça je sais exactement combien vaut une tranche.

Mais je ne veux pas tomber dans le « tous les jours la même chose pour faire simple ».

J’ai donc pris des légumes surgelés pour soupes et j’en ai préparé 4 différentes pour la semaine. Parce qu’une soupe, voyez-vous, avec de vrais légumes, sans beurre etc, c’est 0 points. Et une petite soupe avant le repas, c’est un bon début pour éviter les dérapages.

J’ai aussi pris plein de fruits que j’ai surgelés également pour faire des smoothies (j’aime bien que les fruits soient surgelés pour que les smoothies soient glacés).

Prendre le temps

J’apprends aussi à prendre le temps. De faire quelques petits trucs à manger mais aussi de ne pas me mettre la pression au quotidien. Je dois aller au resto? C’est pas grave. J’y vais et je me fais plaisir. Si je réorganise tout le reste de ma semaine, je perdrai quand même. Moins vite, c’est sûr mais vous savez quoi? Cette fois-ci, je vais prendre le temps. Je mettrai peut-être un an mais ce sera durable.

Et je me promets tous les jours de faire la stabilisation que je n’ai jamais faite dans aucun régime. Je veux récupérer l’agilité de mon corps sans l’entrave de trop de poids.

Le bémol

Je n’ai pas encore réussi à dégager du temps pour un peu de sport. Mais ça viendra. Le sport permet également de récupérer des points qu’on utilise ou pas. Mes semaines sont vraiment chargées et je suis déjà très contente d’avoir pris le temps de caser une réunion hebdomadaire. Sans elle, je sais que je ne tiendrais pas. C’est une forme de rendez-vous avec moi-même.

Je n’en suis pas encore à faire de super plats non plus. Vous avez lu de nombreuses fois le mot « surgelés » mais je ne veux pas révolutionner brutalement ma vie pour revenir à mes mauvaises habitudes quotidiennes. Je n’essaie pas de devenir parfaite. J’essaie juste de penser à mon corps comme un ami. Et on ne gave pas un ami : on lui donne ce dont il a besoin.

 

PS : je vous dirai ce soir sur instagram ce que cette première semaine aura donné!