Louise Kopij, en trois ans, est devenue une amie, pour ceux qui suivent. J’ai donc toujours un peu l’impression de ne pas être ultra objective quand je vous parle d’elle mais j’ai beau y réfléchir et le tourner dans tous les sens : oui, je suis objective.

Vous ne connaissez pas Louise Kopij?

Allons bon? Vous ne me lisez donc jamais?

Louise est une créatrice de bijoux liégeoise. Je suis tombée amoureuse de ses créations un jour dans une fête où on en offrait une paire à une copine. Amoureuse est le mot puisque dès le lendemain, je vous en parlais pour la première fois. Depuis, j’ai regardé, j’ai cité son nom 19 fois sur le blog! C’est vous dire que je l’aime.

Louise Kopij

J’ai fait une promenade dans son atelier…

Ce weekend, elle recevait ceux qui le voulaient pour une création de son choix. On pouvait donc choisir les éléments de son bijou…

Bonheur de choisir sa pierre…

 

Bonheur fou de choisir sa plume!

Joie de découvrir les nouveautés fabuleuses…

 

Comme cette incroyable création onirique qui a été un de mes plus grands coups de coeur cette année…

Et bien entendu des pièces de la collection HYSTERIE COLLECTIVE. 

Quand les bijoutiers sont frileux…

J’ai été un peu triste d’apprendre que les points de vente ne sont pas forcément nombreux… L’utérus effraie, le travail artistique fait peur…

Louise devrait-elle être plus commerciale? Rhalala, mais ce ne serait plus Louise… La beauté de ses bijoux provient de leur profondeur, de la recherche qu’ils portent, du sens qu’ils dégagent…

C’est pourquoi, désormais, je porterai fièrement un utérus à l’oreille.

Parce qu’on ne bride pas l’art, merci.

Te Quiero ma Louise!