Avertissement : cet article va nous griller à tout jamais de la blogosphère, va probablement être suivi de tweets antipathiques et autres commentaires « bouh t’as pas gagné alors tu râles ». Auxquels nous répondrons simplement « euh ouais, si tu le dis… »

Comme vous le savez, nous sommes allées au Trophée des Influenceurs Tribway. Écrivant pour un jeune blog, nous étions bien conscientes que gagner était secondaire et notre but était surtout de rencontrer des « collègues », chose rare puisqu’on bloggue le plus souvent seules… Lla fête pour nous, en gros…

C’était la première fois que nous participions à ce type d’événement et nous en sommes revenues avec… comment dire? un goût de « oh putain non mais c’est comme ça en vrai la blogosphère???? »

omg

Etant liégeoises, nous avons donc fait 800 km pour nous y rendre, le tout dans l’aprem because examens de l’étudiante et de la prof que nous sommes.

L’événement était sympathique, dans un lieu magnifique, le My Boat dans le parc de la Villette à Paris. Y avait des Oréos partout et ça, pour nous, c’est juste l’accueil le plus chaleureux du monde en fait.

tumblr_mghbjee3aE1ry10fwo1_500

Les organisateurs étaient plutôt amicaux, il faisait beau et les oiseaux chantaient.

Première partie : la conférence.

Etaient invités des blogueurs/blogueuses « célèbres » (les guillemets ne sont pas sarcastiques ici, ils relativisent simplement le truc. Célèbres dans le sens où c’est pas NON PLUS Poivre d’Arvor quoi…)

Tu apprends donc qu’ils vivent presque tous de leur blog, qu’une nana est payée 1000€ en moyenne pour un article où elle porte une marque, qu’ils reçoivent 150 mails de propositions par jour et tout le toutim…

Et tu sais quoi? Ben ils ont grave l’air de tirer la tronche. Il semblerait qu’il soit plus ou moins déplacé de leur envoyer des cadeaux qu’ils n’ont pas demandé, que ce soit une honte de les inviter à une activité sans inviter toute leur famille, mais que bon, c’est sympa quand même de partir visiter tel grand hôtel grand luxe pour un article. Les blogueurs sont des stars, il faut savoir leur parler. Avec des gants.

YEcbq

Certains semblent plus humbles, je te rassure (essentiellement parce qu’ils n’en vivent pas et que ça reste une passion). Mais ça reste quand même un peu sur-le-culant à entendre.

Autre point critique : quand on leur demande ce qu’ils font quand on leur offre un produit qu’ils n’aiment pas. Je te le donne en mille « On te fait un cadeau, tu ne vas pas écrire en plus que tu n’aimes pas. Donc on n’écrit rien ».

Retenons que les blogueurs sponsorisés n’écrivent pas sur les produits qu’ils n’aiment pas. Ou alors uniquement s’ils les ont payés de leur poche si j’ai bien suivi.

tumblr_m7p73jXNeE1r0a9ov

Alors on est d’accord que le « job » (mais ce n’en est pas un, MERDE) d’une blogueuse n’est pas de descendre une marque. Sauf que ce qu’on attend de la blogueuse c’est justement un avis objectif. Ou alors y a un truc que j’ai compris de travers? Le principe même du blogging n’est-il pas, à l’origine, la liberté d’expression et l’avis de la copine? A partir du moment où il y a une omerta dès que tu n’as pas apprécié, où est l’intérêt? Autant directement se convertir en panneau publicitaire.

Avant d’acheter quelque chose, souvent, je google et je cherche les swatches et les avis des autres. Si je ne dois tomber que sur les extatiques payées par les marques, autant me remettre à lire la presse classique.

Bref, dès la fin de la conférence, on commençait à se poser un paquet de questions.

tumblr_m89d8c2GPO1ruyaos

Deuxième partie : le speed dating avec les marques.

Quelques marques pour pleeeeeeeiiiiiiiiiiin de blogueurs. Du coup forcément, tu repères vite que les gens qui sont invités à passer devant les marques sont essentiellement les blogueurs déjà connus. Bon, soit. Ils sont clairement plus influenceurs que nous donc on trouve ça presque logique. On commence alors à tourner entre blogueurs.

On en rencontre de très sympas. Qu’on ne citera pas ici puisque cet article ne devrait pas être porté aux nues dans le « milieu » (lol) et qu’on ne voudrait pas les embêter. Bref, pas mal de nanas sympas, dont une blogueuse qui bosse depuis 15 ans sur 7 blogs à elle, qui en vit et qui écrit seule et avec passion…

Puis tu te retrouves face à un gars dont la première question est ton nombre de vues par jour. Il t’explique qu’il fait dix fois plus. Super, tu te dis, tu vas m’expliquer. Et là, BAM, la réalité te rattrape : ils sont dix sur le blog. Chacun sa spécialité, un rythme de fou, quasi un job à temps plein. Bref, on commence à se demander s’ils ne se seraient pas plantés d’endroit. Y a pas une différence entre un blog et un vrai webzine en fait?

On pose la question autour de nous et là, reBAM : oh la plupart des gros blogueurs ont des rédacteurs tu sais…

tumblr_lthhby06z51qb1lhh

Euh… des rédacteurs?

Et voilà comment tu apprends que des nanas que tu suis depuis des lustres parce que tu éprouves une certaine sympathie pour elles ou que sais-je sont en fait des écrans derrière lesquels se cachent pleiiiiiiiiin de gens.

Machine a une base de données de 15.000 rédacteurs qu’elle ne paie pas mais « récompense » par des cadeaux éventuels. Bidule, dont tu adores le blog, est en fait 7 personnes.

Et là tu te rends compte que tu ne voles pas dans le même ciel.

Naïvement, je pensais que les blogs contournaient un système commercial. En réalité, il faut admettre qu’ils en créent un autre.

Le speed-dating continue. On se retrouve face à une blogueuse un peu connue. Comme deux cruches, on lui demande pour quel blog elle bosse (on a déjà vu ce visage, maizou?). Regard hautain. On aurait dû la reconnaître apparemment. Sorry. On lui explique qu’on ne représente pas une marque, qu’étant donné le manque de représentants, on finit par tourner entre blogueurs et là, toute conversation cesse net. Parce que tu n’es pas une personne intéressante, semble-t-il. Tu ne vends rien. Tu n’es pas connue. Tu n’es personne.

Elle faisait une tête un peu comme ça pour situer...

Elle faisait une tête un peu comme ça pour situer…

On avait déjà bien remarqué sur Twitter et ailleurs que les blogueuses influentes se tirent dans les pattes à longueur d’année à coup de reproches publics et de guéguerres. Mais voir le truc en live, c’est un sacré spectacle. Les communautés se regroupent entre visages connus, se font photographier en groupe et en selfies. On t’accorde à peine un regard. Tu n’es pas là pour rencontrer des copines qui ont la même passion que toi : tu es là pour te vendre.

Dernière partie : la remise des Trophées (expéditive).

Les gagnants sont, pour la plupart, largement plus évolués que nous. Il s’agit de vrais gros projets, de gens qui sont sur le terrain depuis longtemps, de webzines à 10 rédacteurs etc. Bref, même si notre communauté est importante, nous n’avions pas vraiment notre place dans les concurrents. Donc à ce niveau, pas de regret: nous ne faisions pas le poids.

Mais cerise sur le gâteau de cette journée pleine de leçons de vie : les conseils finaux…

Notre blog est trop « éparpillé ». Nous devrions vraiment nous concentrer sur un seul thème SI NOUS VOULONS INTÉRESSER LES MARQUES.

Non mais attendez là, y a pas un truc qui vous saute aux yeux vous?

On fait un blog « pour intéresser les marques »???

Ah bah on est des débiles provinciales alors parce que bêtement, on croyait faire un blog pour intéresser des lecteurs. On croyait que bloguer, c’était un loisir passionnel (au stade où ça bouffe nos vies), que ça permettait de parler avec d’autres nanas, blogueuses ou pas, de se faire des copines virtuelles ou pas, de donner nos avis positifs, de nous insurger contre des injustices, de rencontrer des Santilli, des Périnne, des Pascaline, des Fiona,…

Tu vas me dire qu'il est peut-être temps qu'on grandisse...

Tu vas me dire qu’il est peut-être temps qu’on grandisse…

Recevoir des produits, faire des partenariats, c’est amusant. Ça nous permet aussi de parler de marques qu’on n’aurait pas forcément achetées par exemple et de ne pas nous ruiner pour évoquer des sujets. Mais si c’est ça, le but final des blogs, se vendre à des marques en échange d’avis positifs, faire du commerce, s’en tamponner de rencontrer des gens qui « débutent », ou s’en tamponner de rencontrer des « collègues » tout court, objectivement, je préfère encore crever seule sur une île.

Donc ce qu’on va faire, si ça ne vous embête pas, c’est arrêter d’emmerder nos lecteurs avec des demandes de votes pour des concours divers, continuer d’écrire nos avis, sur nos sujets « éparpillés » parce que non, on ne s’intéresse pas QU’AUX bouquins, QU’AU makeup ou QU’AUX blablas, et puis on va y réfléchir à deux fois avant de remettre les pieds dans des « événements de blogueuses » (on a reçu quelques invitations et franchement, on est refroidies…)

On va plutôt prendre exemple sur les blogueuses qui luttent envers et contre tous contre le pourrissement du concept. Celles qui n’ont pas choisi le clan des pétasses (si, si, désolée, le mot est choisi). Celles qui ne sont pas les esclaves des marques. On continuera à acheter nos produits chez Di, à écrire sur tous les trucs qui nous plaisent (ou pas) et non, on ne deviendra pas des blogueuses influentes qui ont choisi une « niche » et ne la quittent pas d’un poil pour ne pas déplaire aux marques.

On fera plutôt des « événements 2G1M » pour rencontrer les gens sympas qui nous lisent et qui ne se la pètent pas plus haut que leur cul sous prétexte qu’ils vivent de la publicité qu’ils font pour d’autres.

Conclusion…

En conclusion, on remercie quand même Tribway (qui n’est pas pour grand-chose dans l’ambiance générale de la blogosphère) pour sa réception carrément sympa, ses serveurs aux petits soins, ses coiffeurs du tonnerre. On remercie les chouettes blogueuses qu’on a rencontrées et qui se reconnaîtront. Puis pour les autres, on va juste conclure qu’on n’est pas du même monde. Et c’est tant mieux.

giphy

PS : ayé, vous pouvez tirer à coups de gros canons. Ce post est écrit en toute conscience de son accueil à bras ouverts, avec une bonne dose de fuck off.

signature